Retour

La région veut transformer plus de produits agricoles

C'est la grande revendication qui ressort du premier Forum AgroBoréal qui réunissait 160 participants à Alma, mardi.

La ferme Tournevent d’Hébertville au Lac-Saint-Jean produit du chanvre, du sarrasin, du lin et du canola biologiques.

Ces produits de niche sont beaucoup plus rentables que le blé et l'avoine. L'entreprise voudrait maintenant s'attaquer aux marchés internationaux. « Augmenter les volumes, ça veut dire aussi prendre plus de risque, aller plus rapidement que seulement une croissance organique. Donc, il faut vraiment être appuyé au niveau des spécialistes puis du financement. » souligne Guillaume Dallaire de la ferme Tournevent.

C'est exactement ce que le groupe de travail sur l'industrie agroalimentaire agriculteurs demandera à Québec dans les suites du Sommet économique de juin 2015: un fonds pour financer les études de faisabilité, un autre pour financer les projets eux-mêmes.

« On en a peut-être une dizaine d'entreprises existantes qui ont des projets de diversification, qui veulent transformer des produits agricoles avec qui on travaille. Donc, la recommandation qu’on va faire évidemment c’est de soutenir ces projets-là et les accélérer », explique le président du groupe de travail.

« On parle de capital de développement, d'utilisation du capital de risque aussi, il existe déjà des outils financiers intéressants », ajoute Isabelle Rivard, la directrice du Créneau d’excellence AgroBoréal.

Le groupe de travail recommande également de faire réaliser par des experts les études de faisabilité.

Il précisera en décembre combien de millions de dollars il demandera au gouvernement du Québec, en espérant que les sommes soient annoncées dans le prochain budget.