Retour

La reprise économique se poursuit, le déficit reste stable en Alberta

Dans sa mise à jour économique du premier trimestre, le ministre albertain des Finances, Joe Ceci, prévoit que la croissance économique de la province sera plus importante que prévu. Le déficit anticipé, en revanche, reste le même à 10,5 milliards de dollars.

Un texte de Nicolas Pelletier

C’est un Joe Ceci tout sourire qui s’est présenté devant les médias pour annoncer que le produit intérieur brut de l’Alberta augmentera davantage qu’il ne l’avait prévu dans le budget du mois de mars.

D’une prévision de croissance de 2,6 %, cette augmentation passe maintenant à 3,1 %.

Le ministre des Finances évoque la création de 17 000 emplois depuis le début de l’année, mais également la hausse du nombre de forages dans l’industrie pétrolière et gazière, deux indicateurs que le gouvernement avait sous-estimés.

Toujours selon les chiffres de l’État, le nombre de forages a doublé dans les sept premiers mois de l’année par rapport à la même période l’an dernier.

Moins de revenus, moins de dépenses

Au niveau de l'équilibre budgétaire, le déficit resterait sensiblement le même, ce qui devrait porter la dette à 13,4 % du PIB (le budget prévoyait 13,9 %).

Les revenus de la province sont en baisse, notamment à cause d'une diminution de l’estimation du prix du baril de pétrole.

Alors qu’il basait ses finances sur un baril de pétrole valant 55 $, le Trésor prévoit qu’il atteindra plutôt 49 $. Par conséquent, le gouvernement estime recevoir un peu moins de 2 milliards de dollars en redevances des sables bitumineux.

En revanche, les dépenses de l’État sont aussi à la baisse.

Le gouvernement prévoit retrancher 200 millions de dollars plus dans le budget de ses ministères d’ici trois mois, portant le total des économies prévues à 400 millions de dollars. Le ministre Joe Ceci ne précise toutefois pas dans quels ministères ces compressions vont avoir lieu et parle « d'optimisation des services, des dépenses et des systèmes informatiques », pour citer quelques exemples.

Le Trésor va également remettre à plus tard des investissements dans les infrastructures, en éducation et en santé.

À pareille date l’an dernier, Joe Ceci annonçait que le déficit se creusait et que la province tentait de se remettre des deux pires années consécutives depuis le début des années 1980.

Cette année, le ministre des Finances estime plutôt qu'« il y a de bonnes raisons d’être optimiste à propos de la reprise économique en Alberta ».

Un « écran de fumée », selon l’opposition

Le porte-parole de l'opposition en matière de finances, Ric McIver, a vite reproché au gouvernement néo-démocrate d'avoir brossé « un portrait assez idyllique de la situation économique ».

Il a surtout critiqué un manque de transparence par rapport aux coupes de 200 millions de dollars et affirme qu’environ 41 900 des 48 500 emplois créés entre juin 2016 et juin 2017 venaient du secteur public.

Le député a aussi critiqué le déficit de la province, notant que les frais de service de la dette ont grimpé jusqu’à 1,4 milliard de dollars.

Il accuse le ministre Ceci de ne pas avoir de plan concret pour réduire la dette. « Le ministre n’a aucun plan, à part se croiser les doigts et espérer que le prix du pétrole remontera », affirme Ric McIver.

Plus d'articles

Commentaires