Retour

La Saskatchewan peut survivre sans le PTP, d’après des observateurs

Ce qui avait été mentionné durant la campagne électorale aux États-Unis vient d'être réaffirmé par le président désigné. Donald Trump compte retirer les États-Unis du Partenariat transpacifique (PTP) au cours des 100 premiers jours de son mandat. Devant cet accord qui est sur la corde raide, un expert en alimentation ainsi qu'un professionnel du milieu de l'exportation se font rassurants. La Saskatchewan a d'autres options, selon eux.

Le professeur en distribution et politique alimentaire Sylvain Charlebois explique d’abord que le PTP aurait été profitable pour les producteurs de boeuf et de porc en Saskatchewan ainsi que pour les nombreux producteurs de grains dans la province. Cependant, il existe d’autres possibles ententes qui permettront à la province d’intégrer de nouveaux marchés, d’après le professeur de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse.

Sylvain Charlebois pense notamment au marché asiatique, qui pourrait être une bonne option. « On peut produire beaucoup de farine pour nourrir les animaux de façon abordable. Alors, ça va être intéressant pour la Saskatchewan d'aller de l'avant et d'encourager le gouvernement fédéral à signer des ententes avec d'autres pays en Asie », précise-t-il.

Le président-directeur général de l’organisme de soutien aux exportateurs Saskatchewan Trade and Export Partnership affirme que la seule chose que perdrait la province sans ce partenariat, c’est l’occasion de conclure des affaires rapidement avec tous les pays de l’entente. Chris Dekker ajoute que si le PTP n'est pas ratifié, ce sera au tour du Canada de créer des relations commerciales de manières bilatérales avec d’autres pays.

Une idée qui rejoint celle du président désigné Donald Trump. Dans une vidéo publiée lundi sur YouTube, M. Trump a indiqué qu’il préfère signer des « accords bilatéraux » avec divers pays. Une approche qu’il qualifie de plus efficace comparativement au PTP.

Le sort du Partenariat transpacifique devrait être connu durant les premiers jours de Donald Trump en tant que président des États-Unis. Il sera assermenté le 20 janvier.

Avec les informations de Marie-Christine Bouillon