Retour

La station de ski Pin Rouge en meilleure santé

Le centre de ski Pin-Rouge de New Richmond a ouvert ses portes vendredi, au grand bonheur des amateurs de sports de glisse. La direction estime que la santé financière de l'organisation se porte mieux depuis quelques années.

Aucun déficit d'opération n'a été enregistré la saison dernière et celle qui s'amorce devrait suivre cette tendance.

La direction générale, en place depuis trois ans, a pris des mesures pour mieux contrôler les dépenses et les efforts de promotion et de commercialisation portent fruit.

Le taux d'occupation des chalets qui est en hausse, associé à l'affluence au centre de ski génère plus de 60 % des revenus, selon le directeur général du parc régional Petite-Cascapédia, Benoît Trépanier.

« Maintenant, l'été, on est aussi occupé sinon plus que l'hiver dans les chalets. Taux d'occupation de 83 % cet été : c'est plus grand que l'été précédent qui était à 72 %, donc c'est un record pour Pin-Rouge en été. Par ailleurs, en hiver, l'hébergement va très bien et on a aussi augmenté les revenus par le ski », explique le directeur général.

Les évènements culturels ont également contribué à attirer plus de gens toute l'année, selon M. Trépanier.

Gérer les dettes

L'ensemble du parc régional Petite-Cascapédia traîne toutefois une dette d’environ trois millions de dollars, qui est remboursée par la Ville de New Richmond à raison de 150 000 dollars par année.

À elle seule, la station de ski est déficitaire à une hauteur de 80 000 dollars, mais le budget retrouve son équilibre avec les profits générés par l’hébergement.

« On profite des infrastructures qui ont été mises en place il y a plusieurs années », indique Benoît Trépanier.

En 2007, le parc avait bénéficié d’un investissement de 12 millions de dollars pour construire des chalets et développer le camping de la Pointe-Taylor.

D’après le dg du parc, il en coûte de 3000 à 4000 dollars par jour pour opérer la station de ski, qui peut être rentabilisée en accueillant une centaine de skieurs. Cette réalité force la direction à fermer le centre lors de certaines journées qui présentent plus de risques financiers, comme le jour de Noël.

Pin-Rouge emploie une quarantaine de personnes et fonctionne avec un budget de 1,7 million de dollars.

D’après les informations de Pierre Cotton

Plus d'articles