Librairie Raffin fait appel aux tribunaux pour éviter le non-renouvellement de son bail au centre commercial Les Galeries Rive Nord à Repentigny et l'implantation d'une librairie Renaud-Bray.

Une demande en injonction a été déposée en Cour supérieure du Québec contre Renaud-Bray, le groupe Archambault et Le Fonds de placement immobilier Cominar, propriétaire du centre commercial Les Galeries Rive Nord, afin d'empêcher la résiliation du bail et sa location à Renaud-Bray.

Le bail, qui arrivait à échéance le 31 janvier 2017, n'a pas été renouvelé par Cominar. Dans le document déposé en cour, Librairie Raffin soutient qu'en vertu d'une clause d'exclusivité comprise dans ce bail, Cominar se doit de ne pas louer un espace commercial à un de ses concurrents durant la durée du bail et de ses renouvellements.

Librairie Raffin soutient également que Renaud-Bray a utilisé des informations obtenues lors de négociations pour l'achat potentiel de Raffin pour amorcer des négociations avec Cominar.

Un premier refus pour Raffin

Une audience devant la Cour supérieure du Québec à Montréal a eu lieu le 5 janvier, Librairie Raffin souhaitant obtenir certaines mesures urgentes afin de faire cesser les négociations entre Renaud-Bray et Cominar. Librairie Raffin a alors essuyé un premier refus.

« La Librairie Raffin a été déboutée en Cour supérieure. Sa demande d'injonction provisoire contre Cominar et Renaud-Bray a été rejetée », a simplement commenté la porte-parole de Renaud-Bray, Denise Courteau.

« Malgré que la Cour ait refusé d'octroyer les mesures d'ordonnances préliminaires, Librairie Raffin continue ses démarches afin d'obtenir une ordonnance d'injonction interlocutoire et permanente dont l'objectif ultime est de permettre à Librairie Raffin de demeurer dans ses locaux aux Galeries Rive-Nord et d'empêcher la Librairie Renaud-Bray d'opérer une librairie dans Les Galeries Rive Nord. Le dossier poursuit donc son cours et Librairie Raffin a l'intention de poursuivre les procédures afin de faire valoir ses droits », a expliqué par courriel la vice-présidente aux finances de Librairie Raffin, Chantal Michel.

La Librairie Raffin en danger?

Dans le document déposé en cour, Librairie Raffin soutient que sa survie est même menacée. L'entreprise, qui a ouvert cette succursale en 1975, fut l'un des premiers locataires lors de l'ouverture du centre commercial.

Librairie Raffin compte trois succursales dans la grande région de Montréal, celle de Repentigny, celle sur la Plaza St-Hubert et une autre à Place Versailles. Cette dernière est passée près de fermer ses portes en 2015, n'étant pas assez rentable.

La première Librairie Raffin a ouvert ses portes en 1930 sur la rue Saint-Hubert à Montréal. Les autres succursales ont ouvert par la suite. En 2009, Chantal Michel et Martin Granger ont acheté le groupe Raffin, alors en faillite, de la famille Delisle. À l'époque, le groupe Raffin comptait cinq librairies et trois maisons d'édition.

La direction de Cominar n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Plus d'articles

Commentaires