Retour

La Tour de la Paix pourrait être cachée par une tour de 55 étages

Le promoteur de la compagnie Claridge, propriétaire d'un terrain situé tout près de la future station du train léger sur les plaines LeBreton, envisage la construction d'une tour de 55 étages qui pourrait empêcher les résidents de ce futur quartier et de ses environs de voir la Tour de la Paix.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, ne cache pas son inquiétude depuis que le groupe Claridge Homes a dévoilé ses plans préliminaires pour l'aménagement de son terrain aux plaines LeBreton. Le promoteur compte faire construire trois tours de 25 étages et une tour de condominiums de 55 étages. Celle-ci compromettrait la vue des résidents des environs.

« Je ne sais pas quel est le plan final de Claridge, mais protéger la tour de la Paix est une priorité pour moi, il s'agit de l'édifice le plus important dans la ville », a déclaré le maire Watson.

Il existe une règle selon laquelle vingt-trois vues du Parlement et de la tour de la Paix sont théoriquement protégées contre le développement urbain.

« Ces vues, si bien protégées par le passé, ne le sont plus beaucoup aujourd'hui », constate l'archiviste en chef de l'Université d'Ottawa, Michel Prévost.

Dans les dernières années, il y a plus de constructions au centre-ville et de moins en moins de perspectives vers les édifices de la colline parlementaire.

Michel Prévost, archiviste en chef de l'Université d'Ottawa

Il est difficile aujourd'hui d'observer la Tour de la Paix depuis le marché By, notamment depuis que la construction de l'ambassade des États-Unis a réduit presqu'à néant la vue de la Cité parlementaire.

Même si la Commission de la capitale nationale a vendu ce terrain à Claridge en 2005, elle s'est gardée un droit de regard en cas de modification au plan de zonage. Le travail d'analyse est en cours, mais un comité consultatif d'experts de la Ville a déjà exprimé de fortes réserves.

D'après les informations du journalistes Gilles Tallion

Plus d'articles

Commentaires