Retour

La valeur d'un contrat bondit de 71 % à la MRC Rimouski-Neigette

La valeur du contrat pour le traitement du contenu des bacs bleus à la MRC de Rimouski-Neigette a fait un bond prodigieux lors de son renouvellement. L'augmentation a été de 71 % même si les quantités de matières à traiter devraient demeurer sensiblement les mêmes d'un contrat à l'autre.

Le contrat a été obtenu, après appel d'offres public, par la firme Gaudreau environnement de Victoriaville. Il s'agit d'un contrat de cinq ans dont l'objet est le tri des matières amassées lors de la collecte des bacs bleus.

La hausse

La valeur du précédent contrat qui couvrait la période 2012 à 2016 était, avant taxes, d'un peu plus de 800 000 $. Celle du nouveau contrat pour la période de 2017 à 2021 a été fixée à près de 1,4 million de dollars. Il s'agit d'une augmentation de 71 %.

La MRC souligne que l'on peut nuancer cette augmentation. Elle rappelle qu'il y a eu dépassement de coûts avec le premier contrat, ce que l'on appelle un extra, parce que les quantités traitées ont été supérieures à ce qui avait été estimé au départ.

Un montant de 150 000 $ ou près de 20 % de la valeur initiale du contrat a alors été versé à Gaudreau environnement. Dans ces circonstances, l'augmentation de la valeur du nouveau contrat est de 43 %. Et, on peut pousser l'exercice plus loin, comme le suggère la MRC, et comparer les coûts à la tonne métrique. Dans la meilleure hypothèse, la hausse est alors de 39 %.

Dans le cas présenté, il y avait deux soumissionnaires: Gaudreau environnement et Exploitation Jaffa. Cette dernière compagnie proposait de faire le travail pour 1,7 million, soit plus du double du précédent contrat.

La charge de travail

Selon les documents de l'appel d'offres, les quantités de matières à traiter au cours des cinq prochaines années devraient être sensiblement les mêmes qu'au cours des cinq dernières années, soit quelque 5 300 tonnes métriques. Le préfet Francis Saint-Pierre insiste toutefois pour dire que l'appel d'offres est fait sur la base d'estimations alors que la facture finale, elle, traduit les quantités réellement traitées.

Pourquoi une hausse de 71 % ?

Le préfet dit que les élus prévoyaient que la facture du traitement des matières recyclables allait augmenter, « peut-être pas de cette ampleur, mais on s'attendait à une augmentation ». Il note même que la facture pour certaines MRC est encore plus chère, mais il ne peut expliquer pourquoi.

Silence chez Gaudreau environnement

La compagnie Gaudreau environnement n'a pas voulu s'exprimer sur le sujet. Le vice-président et chef de l'exploitation de l'entreprise, Claude Charland, a simplement fait savoir à Radio-Canada qu'il ne commenterait pas la nature du contrat.

Dans les circonstances, il est impossible de savoir l'impact sur la valeur du contrat du déménagement des installations de Gaudreau environnement de Rimouski à Mont-Joli.

On sait toutefois que la facture pour la MRC a été haussée de 25 000 $ sur cinq ans, car le contrat inclut un nouvel élément à recycler, soit le plastique numéro 6.

Il faut enfin noter que pour Gaudreau environnement, il s'agissait d'un renouvellement de contrat dans la mesure où elle s'était portée acquéreuse, dès février 2012, de Récupération de la Péninsule qui venait d'obtenir le contrat de la MRC pour la période 2012-2016.

Impact sur le compte de taxes municipales

Le tarif pour l'enlèvement et la gestion des matières résiduelles a augmenté de 18 dollars dans le budget 2017 de la Ville de Rimouski. Il s'agit d'une augmentation de 12 % comparée à une hausse globale des taxes municipales de 1,3 % à Rimosuki.

Un responsable a expliqué que cette hausse est, en partie, attribuable à la majoration du contrat de la MRC même si les activités de collecte et de traitement des matières recyclables sont largement remboursées par le gouvernement du Québec via un régime de compensation visant à favoriser la collecte sélective.

Plus d'articles

Commentaires