Retour

La vallée pétrochimique de Sarnia se convertit aux produits verts

Tranquillement, mais surement, un changement s'opère au sein de l'industrie pétrochimique de la région de Sarnia, qui a longtemps été surnommée la vallée chimique de la région.

Les entreprises qui y sont établies emploient environ 4500 résidents dans la communauté.

Mais depuis quelque temps, au lieu de l'or noir, certaines entreprises utilisent les résidus biodégradables des terres agricoles environnantes dans leurs usines.

Shirley de Silva, la présidente de la Chambre de commerce de Sarnia-Lambton, explique que la nouveauté consiste en une transition entre les produits pétroliers vers des produits à base organique. Cela permet, selon elle, d’utiliser d’autres matières pour fabriquer des produits, sans avoir à dépendre du pétrole.

Du pétrole à la biotechnologie

C’est le cas de l’entreprise Origin Materials qui fabrique dans son usine un des éléments chimiques nécessaires à la fabrication du plastique.

Contrairement aux usines pétrochimiques, Origin Materials utilise des copeaux de bois et des résidus de carton.

La compagnie dont le siège social est à Sacramento, en Californie, a choisi de s’établir à Sarnia à cause de tous les avantages qu’offre la région.

Mme De Silva n’est pas surprise que sa région soit prisée par ces entreprises. On a accès à une grande métropole, Détroit, en environ 40 minutes. On peut se rendre à Toronto en 3 heures, donc il y a un niveau stratégique et géographique. Sarnia est en très belle position pour avoir accès à énormément de choses, dit-elle.

Un modèle à reproduire

Selon Sandy Marshall, le directeur exécutif de l’organisme Bioindustrial Innovation Canada, Sarnia est un modèle qui pourrait être reproduit ailleurs.

L’organisation Bioindustrial Innovation Canada, qui aide les entreprises émergentes vertes à prendre pied, a investi beaucoup d’argent dans la région de Sarnia-Lambton dans l’optique d’attirer des entreprises du genre dans la région.

C’est maintenant ce qu’elle espère faire dans la région de Brockville, où l'on retrouve des terres agricoles et plusieurs personnes ayant travaillé dans l'industrie pétrochimique.