Retour

La venue d'un chef français au Casino de Montréal suscite des réactions en Abitibi-Témiscamingue

La venue du chef Joël Robuchon pour ouvrir un restaurant au Casino de Montréal et qui a soulevé la controverse, ne laisse pas indifférents les professionnels de l'Abitibi-Témiscamingue.

Loto-Québec a conclu une entente de 11 millions de dollars, sans appel d'offres auprès des chefs d'ici, pour faire venir le célèbre chef français.

Le chef exécutif au Forestel de Val-d'Or, Yves Moreau, ne comprend pas pourquoi les chefs du Québec ont été écartés du projet.

Selon lui, il aurait été aussi préférable d'utiliser la somme d'argent pour encourager les cuisiniers du Québec.

« 11 millions de dollars, je trouve ça beaucoup pour un restaurant, dit-il. Imaginez tout cet argent-là s'il était investi au Québec pour développer la cuisine québécoise, ou les produits de la région et la formation de nos jeunes. »

On a beaucoup de misère à trouver la main-d'œuvre sur le marché, imaginez si on a mis tout cet argent-là pour améliorer ce côté-là, on aurait fait, d'après mois, plusieurs pas en avant.

Yves Moreau, chef cuisinier

Le propriétaire de Promotions Agro désapprouve la décision de faire venir un chef de l'extérieur.

Pour Ghislain Trudel, qui travaille dans la promotion des produits régionaux, l'argent aurait dû être consacré au développement des produits et de la cuisine en région.

« Ça aurait pu être investi dans les régions du Québec, parce qu'il y a de grands chefs au Québec qui ne sont jamais reconnus parce qu’on n'a pas les moyens de les faire avancer [...] Moi, je suis de l'Abitibi-Témiscamingue, on a beaucoup de chefs cuisiniers qui ont beaucoup de talent, qu'il mettent un million par région, c'est 11 régions du Québec pour améliorer nos tables pour le développement du tourisme », précise Ghislain Trudel.

Plus d'articles