Retour

Le boom pétrolier a profité aux riches comme aux pauvres en Alberta

Entre 2000 et 2015, le boom pétrolier a permis aux mieux comme aux moins bien nantis en Alberta d'augmenter leurs revenus d'environ 50 %, selon un rapport de l'école de politique publique de l'Université de Calgary.

Les données démontrent qu’en 2000, les ménages parmi les 10 % les plus pauvres en Alberta et en Ontario gagnaient en moyenne 20 700 $ et 20 100 $, respectivement. En l'espace de 15 ans, les revenus des plus pauvres en Alberta ont atteint presque 30 000 $, alors que ceux en Ontario ont seulement vu une hausse de 7 %.

De plus, les revenus des 10 % les plus riches en Alberta étaient plus bas de ceux en Ontario en 2000, soit de 184 300 $ comparés à 210 000 $. En 2015, les salaires des Albertains les plus riches ont cependant dépassé ceux de leurs homologues ontariens de plus de 60 000 $.

Ron Kneebone, auteur de la publication et professeur d’économie à l’Université de Calgary, explique que c’est le boom dans le secteur énergétique qui a contribué à ces augmentations.

La province a depuis connu un ralentissement économique et des milliers de pertes d’emploi. L’Alberta ne serait donc pas aussi aisée qu’on le pense, selon le directeur général de l’organisme Vibrant Communities Calgary.

Franco Savoia explique que même si les salaires sont plus haut en Alberta, plusieurs facteurs, comme les coûts de transport et de logement, font en sorte que les Albertains pourraient avoir plus de difficultés financières que leurs compatriotes.

« Un salaire de subsistance serait environ 20 à 30 % plus élevé en Alberta qu’en Ontario », dit Franco Savoia.

Il croit que l’augmentation du salaire minimum de la province donnera un coup de pouce aux familles à faibles revenus, mais n’est pas une solution en soi. Il faudrait plutôt adresser l’écart salarial entre les plus riches et les plus pauvres.

Ron Kneebone que cela pendra encore quelques années avant que l’école puisse étudier l’impact complet du ralentissement économique sur les revenus des Albertains.