Retour

« Le Canada a besoin du pipeline », lancent des manifestants à Calgary

Un rassemblement en soutien au projet de pipeline Trans Mountain a attiré plusieurs centaines de personnes mardi soir au centre-ville de Calgary.

Un texte de Charlotte Dumoulin

« Construisons un pipeline tout de suite », scandait la foule qui craint de voir le projet abandonné depuis que l'annonce de l'entreprise Kinder Morgan dimanche qu'elle suspendait des travaux non essentiels et des dépenses en raison de la forte opposition au pipeline en Colombie-Britannique.

« Respectez la constitution », « des actions maintenant! » et « Trans Mountain fournit l'aéroport de Vancouver », faisaient également parti des slogans écrits sur les pancartes.

Si les organismes Canada Action et Rally for Resources n'ont lancé que lundi l'invitation à participer à cette manifestation, force est d'admettre qu'elle a été rapidement entendue.

Des figures politiques ont même changé leur ordre du jour pour faire le voyage jusqu'à Calgary. C'est notamment le cas du chef de l'opposition albertaine, Jason Kenney, du ministre des Affaires municipales de la province, Shaye Anderson, et de la députée fédérale conservatrice Michelle Rempel. Chacun d'eux a prononcé un discours sur fond d'applaudissements de la foule.

« Je le dis depuis le premier jour : je suis prêt à fermer les robinets [de pétrole] du Grand Vancouver si Victoria fait échouer le projet », a dit Jason Kenney, le chef du Parti conservateur uni. « Mettre l'argent des contribuables dans le projet doit venir en dernier recours. [Justin Trudeau] peut résoudre le problème aujourd'hui s'il fait preuve d'un leadership national. Il a les pouvoirs constitutionnels pour le faire », précise M. Kenney.

Il dit aussi ne pas comprendre pourquoi le gouvernement fédéral a annoncé récemment un investissement de 4 milliards de dollars pour des infrastructures en Colombie-Britannique. Selon lui, Ottawa aurait plutôt dû donner cet argent sous condition que la province obtempère dans le dossier Trans Mountain.

Pour le ministre Shaye Anderson, ce rassemblement « prouve au reste du Canada et au gouvernement fédéral que l'Alberta est unie et qu'elle soutient le pipeline. »

Selon lui, beaucoup de gens réunis au Centre McDougall pour cette manifestation dépendent du pipeline comme sources de revenus. « Nous ne sommes pas satisfaits des actions du gouvernement fédéral, il doit prendre les choses en main », ajoute-t-il. Le ministre n'a pas spécifié quelles seront les prochaines actions de l'Alberta pour sauver Trans Mountain, mais toutes les options sont sur la table, dit-il.

« Ce n'est pas juste qu'une minorité décide de ce qui est bon pour le reste du Canada », explique une autre manifestante en faisant référence à la Colombie-Britannique qui a annoncé en janvier dernier vouloir restreindre le transport de bitume dilué sur son territoire pour protéger la côte pacifique des risques de déversements.

Kinder Morgan met les freins

L'entreprise américaine a besoin de plus de certitudes d'ici le 31 mai prochain avant d'aller plus loin dans la construction du pipeline. Le gouvernement fédéral et la Colombie-Britannique ont également cet échéancier pour parvenir à une entente.