Retour

Le Canada accuse-t-il un retard dans le commerce en ligne?

Le 23 décembre devrait être la journée la plus achalandée de l'année dans les centres commerciaux du pays. De plus en plus de gens choisissent toutefois d'éviter la cohue et d'acheter en ligne. Mais est-il vrai que cette pratique est moins populaire ici qu'ailleurs dans le monde?

Un texte d'Olivier Bachand

Amazon, eBay, Alibaba... les plateformes pour faire des achats sur le web ne manquent pas.

Selon une étude de la firme eMarketer, la vente de marchandises au détail sur Internet devrait générer 1,9 milliard de dollars cette année à l'échelle planétaire, ce qui représente 9 % de toutes les ventes au détail.

Au Canada, l'achat de marchandises en ligne devrait s'élever à plus de 30 milliards de dollars en 2016, ce qui représente 6 % des revenus engendrés par le commerce au détail.

Et les consommateurs?

L'année dernière, 69 % des internautes canadiens de 14 ans et plus ont effectué au moins un achat sur le web. Parmi un groupe de 22 pays, le Canada arrive 12e à ce chapitre.

C'est au Royaume-Uni que les consommateurs sont les plus branchés. Le pays arrive au premier rang, avec 89 % d'internautes ayant acheté de la marchandise ou des services en ligne au moins une fois en 2015.

Le Japon, le Danemark, l'Allemagne, l'Australie, les États-Unis et la France devancent tous le Canada, pour ne nommer que ceux-là. Les projections montrent que le pays se fera déclasser par la Chine et la Corée du Sud au cours des prochaines années.

Et les entreprises?

Selon l'Institut du Québec, les résidents de la province dépensent chaque année 6,6 milliards de dollars en marchandises sur Internet, mais seulement le quart de cette somme revient dans les coffres de détaillants québécois.

Bref, les consommateurs qui font des achats sur le web se procurent beaucoup plus souvent des produits qui proviennent d'ailleurs, entre autres des États-Unis. Il faut dire que seuls 14 % des détaillants du Québec vendent leurs produits en ligne.

Plus d'articles

Commentaires