Retour

Le Canada approuve la première mine de charbon avec un plafond d'émissions

Pour la première fois, une mine de charbon au Canada aura une limite sur les émissions produites : le 13 décembre, Ottawa a approuvé le projet de mine de Murray River, dans le nord-est de la Colombie-Britannique, qui opérera de cette manière.

La mine, proposée par HD Mining International, va opérer sous terre et miner le coke, une variété de charbon utilisée dans production de l’acier.

Parmi les 104 conditions environnementales que HD devra respecter figure une limite sur les émissions de méthane qui équivaut à 500 000 tonnes de dioxyde de carbone par année.

HD devra aussi travailler avec les Premières Nations de la région pour protéger les populations de caribous.

Dans l’annonce, le gouvernement du Canada dit que ces conditions sont une manière écologique de stimuler l’économie.

Le maire de Tumbler Ridge, Don McPherson, se réjouit de la nouvelle pour sa communauté qui, selon lui, a grandement souffert de la fermeture des mines de la région en 2014 et 2015. Des centaines de personnes avaient perdu leurs emplois.

Une mine controversée

La mine de Murray River a été un sujet controversé en 2012 lorsque des syndicats de la province ont remis en question l'embauche de travailleurs étrangers temporaires venant de Chine par HD Mining. Selon l’entreprise, ces travailleurs étaient essentiels parce qu’il n’y a pas assez de Canadiens formés pour le travail nécessaire.

En 2013, la Cour fédérale du Canada a soutenu la décision de permettre aux travailleurs étrangers de travailler en Colombie-Britannique.

Si HD souhaite continuer son projet de mine souterraine, l’entreprise devra se procurer les permis nécessaires auprès de la province et des autorités régionales.