Retour

Le Canada connaît une pénurie de travailleurs agricoles

Cette carence pose un risque à la sécurité alimentaire des consommateurs et freine la croissance du secteur de l’exportation agroalimentaire du pays, note l’organisme.

Le Conseil a calculé que 26 400 postes agricoles n'avaient pas été pourvus en 2014. Ce nombre pourrait atteindre 114 000 en 2025, soit environ le quart de la main d’œuvre agricole du Canada.

« De moins en moins de gens prennent la relève [de leurs parents] à la ferme ou y occupent un emploi », explique Debra Hauer, une gestionnaire de projets d’information sur le marché du travail au CCRHA.

À titre d’exemple, l’étude a observé qu’en Colombie-Britannique les fermes n’avaient pu pourvoir 3000 postes agricoles en 2014, ce qui a provoqué une perte de ventes d’environ 70 millions de dollars.

Horaires difficiles

Les raisons derrière cette pénurie sont variées, mais l’étude cite entre autres les horaires difficiles, la précarité des emplois saisonniers, les lieux d'embauche qui sont souvent des zones reculées et isolées, ainsi qu'une concurrence accrue venant d’autres industries plus attractives.

Pour remédier à la situation, indique Mme Hauer, les fermiers se tournent vers les cultures céréalières au détriment de la production animale, car les céréales nécessitent moins de travailleurs.

Debra Hauer tient à rappeler aux jeunes gens que les « occasions d’emploi en agriculture ont un bel avenir » aussi bien pour ceux qui sortent de l’école secondaire que ceux qui ont des diplômes plus poussés.