Retour

Le Canada en retard sur le marché du gaz naturel, dit l'ONE

Malgré l'abondance de gaz naturel au pays, le Canada arrive tardivement sur le marché mondial du gaz naturel liquéfié (GNL), selon un nouveau rapport de l'Office national de l'énergie.

Un texte d'Eva Uguen-Csenge

Le rapport intitulé Le rôle du Canada dans le marché mondial du GNL a trouvé qu’en 2015 la consommation totale de gaz naturel au pays était de 3,1 billions de pieds cubes tandis que le reste des ressources est estimé à près de 1100 billions de pieds cubes.

D’après l’Office, le marché du GNL est en hausse avec une demande croissante en Asie et dans certaines parties d’Europe, mais est encore dominé par les exports en provenance des États-Unis.

Le rapport indique que les prochaines années marqueront un tournant pour le Canada grâce en partie à l’abondance de ressources, au coût d’exploitation faible et à la proximité des marchés asiatiques par rapport aux projets en cours d’évaluation.

Parmi les 24 projets de GNL proposés au Canada, 18 seraient situés sur le littoral de la Colombie-Britannique. Seul un de ces projets, celui de Woodfibre à Squamish, a reçu une licence d’exportation délivrée par l’Office national de l’énergie le 7 juin.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique évalue à 20 milliards de dollars le montant investi dans le secteur du GNL de la province.

Le rapport note toutefois que les projets canadiens présentent des inconvénients, dont la construction de nouveaux gazoducs, la chute des prix du GNL et la concurrence accrue.

Plus d'articles

Commentaires