Retour

Le changement aux visas vacances-travail aura un impact à Whistler

L'impossibilité de renouveler le visa vacances-travail pour les Australiens risque de perturber des milliers d'entre eux vivant à Whistler et du coup les employeurs qui les engagent, selon la directrice de l'immigration de Whistler Brooke Finlay.

Jusqu'à il y a deux ans, les Australiens âgés de 18 à 30 ans pouvaient faire une demande de visa vacances-travail de deux ans et le renouveler autant de fois qu'ils étaient admissibles.

En 2015, les règlements ont changé et le visa vacances-travail ne peut être délivré qu'une seule fois sans possibilité de renouvellement. Plusieurs visas émis il y a deux ans arrivent donc à échéance en 2017.

« Tous ceux qui visitent Whistler remarquent que les Australiens composent une grande partie de la main d'oeuvre de Whistler », souligne Brooke Finlay en entrevue à l'émission On the Coast de CBC..

Brooke Finlay ajoute que le programme de visas vacances-travail, une initiative conjointe du Canada et de l'Australie pour accroître les relations bilatérales, a offert une importante main-d'oeuvre au petit village touriste et favorisé son économie axée sur le tourisme.

Whistler compte sur les travailleurs étrangers qui viennent principalement de l'Australie, du Japon, de la Grande-Bretagne et aussi du Québec.

« Il y a une perpétuelle pénurie de travailleurs qui n'est pas uniquement liée au changement aux visas vacances-travail », explique Mme Finlay. « Les employeurs composent avec cette problématique depuis des années, le problème ne fera qu'empirer. »

La directrice de l'immigration rappelle que les Australiens ont d'autres avenues pour rester au Canada. Ils peuvent obtenir un autre type de visa de travail avec la garantie d'un travail par un employeur et peuvent aussi contempler de devenir résident permanent, ce que font de plus en plus d'Australiens vivant à Whistler.

Plus d'articles

Commentaires