Retour

Le chantier du futur tracé de la route 389 officiellement lancé

De passage à Baie-Comeau, le ministre des Transports, Laurent Lessard, et le ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, ont confirmé la participation du gouvernement au projet du prolongement de l'avenue du Labrador.

Un texte de Vincent Larin

La semaine dernière, la Ville de Baie-Comeau a accordé un contrat de 3 586 000 dollars à l'entreprise Roland Munger Inc., de Baie-Comeau, pour réaliser ce projet. La conclusion de ce contrat était toutefois conditionnelle à l'approbation d'un règlement d'emprunt par le gouvernement.

L'entreprise construira un tronçon d'un peu plus d'un kilomètre, entre le boulevard Pierre-Ouellet et la future usine de transformation de la compagnie Mason Graphite.

Le coût de ces travaux est évalué à 4 millions de dollars. La Société du Plan Nord contribuera à hauteur de 3,5 millions de dollars alors que la Ville de Baie-Comeau avancera le reste grâce, entre autres, à une contribution financière du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMROT) de 570 000 dollars.

« La Ville de Baie-Comeau agira à titre de maître d’œuvre du projet, tandis que le ministère des Transports (MTQ) a fourni les plans et devis, en lien avec le futur tracé de la route 389 », a précisé le ministre Laurent Lessard, par voie de communiqué.

Le programme d'amélioration de la route 389 dynamisera l'économie de la région et créera des conditions favorables à d'autres investissements

Pierre Arcand, ministre responsable du Plan Nord

Une première phase de travaux doit débuter en avril pour se conclure à l’automne 2017. Une deuxième phase, à l’été 2018, devrait permettre de finaliser le chantier, indique le MTQ.

Mason Graphite attend toujours

Le vice-président exécutif de Mason Graphite, Luc Veilleux, indique que l'entreprise est toujours en attente d'un certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement. Il espère que la construction de l'usine pourra débuter au mois de septembre.

« La tendance, elle est bonne. On est confiant que ça va se faire, mais on est en retard, je dois l'avouer », dit-il à propos du certificat d'autorisation que la compagnie attend toujours.

Plusieurs personnes se sont succédé au ministère de l'Environnement pour prendre en charge la demande de Mason Graphite, ce qui aurait ralenti le processus, selon Luc Veilleux. « Ce qui a ralenti un peu le processus, c'est qu'on est rendu au cinquième chargé de projet. Donc, depuis un an, il y a eu cinq chargés de projet qui se sont occupés de notre dossier. C'est certain que ça a ralenti un peu le processus », explique-t-il.

Mason Graphite entend construire une mine de graphite sur sa propriété du lac Guéret, au nord de Baie-Comeau. Le projet, qui comprend aussi une usine de transformation dans le parc industriel Jean-Noël-Tessier, est estimé à 170 millions de dollars. La compagnie n'a pas encore amassé la totalité de ce montant.