Retour

Le Chantier naval Forillon dévoile sa dernière création

À Gaspé, le Chantier naval Forillon vient de franchir une étape importante de son histoire. Le premier des six navires de recherche et de sauvetage construit pour la Garde côtière canadienne a été mis à l'eau mardi.

Il s'agit d’un moment symbolique pour le chantier et ses 60 employés, puisque c'est le premier navire du plus important contrat de son histoire, évalué à 45 millions de dollars.

Les artisans derrière la confection du Baie de plaisance procèdent ces jours-ci aux vérifications finales. Des ajustements électriques jusqu’aux retouches de peinture, rien n’est laissé au hasard.

Le directeur général de la compagnie, Jean-David Samuel, souligne tout le travail derrière une telle construction. La compagnie a obtenu le contrat en juillet 2015.

Le Baie de plaisance représente l'avenir de la garde côtière puisqu’il est plus gros, plus puissant et muni de meilleurs équipements pour remorquer les bateaux et secourir les marins en détresse.

Le gestionnaire de projet, Jean-Daniel Minville, admire la puissance du navire construit par son équipe. Sa vitesse de croisière atteindra environ 25 nœuds.

« Le fait qu'il est plus gros, c'est sûr que ça l'amène à être plus pesant, mais les performances sont améliorées grandement. On parle de 1600 forces de moteur, par moteur. »

Compétition ontarienne

Le même contrat de construction de six navires a été octroyé à Hike Marine, un chantier maritime de l'Ontario.

Les deux chantiers seront en compétition pour obtenir la construction de bateaux supplémentaires prévus dans le renouvellement de la flotte de la Garde côtière canadienne.

Le directeur général met tout en œuvre pour obtenir un nouveau contrat. « Il y en a huit supplémentaires, donc on est présentement en négociations avec eux pour essayer d'avoir une partie de ces options-là. »

Des tests en mer seront faits au cours des prochaines semaines. Le Baie de plaisance doit être livré à la base de la Garde côtière de Darmouth, en Nouvelle-Écosse, à la mi-novembre.

Plus d'articles

Commentaires