Retour

Le chômage reste historiquement bas aux États-Unis

Il s'est créé aux États-Unis 103 000 emplois en mars, moins que les 175 000 attendus, et le taux de chômage est resté stable, à son niveau historiquement bas de 4,1 %, a indiqué vendredi le département du Travail. Il est par ailleurs probable que la Réserve fédérale relève ses taux d'intérêt pour maîtriser l'inflation et favoriser le plein emploi.

C’est dans les secteurs manufacturier (+22 000), des soins de santé (+22 000) et minier (+9000) que le plus d’emplois ont été créés en mars aux États-Unis.

Le commerce de détail (-4000) et la construction (-15 000), après avoir très largement contribué à un pic record de 326 000 emplois créés en février, ont affiché des reculs au chapitre des embauches.

Le taux de chômage à l’échelle nationale n’a pas changé, à 4,1 %. Les marchés tablaient sur une légère baisse à 4 %.

Au total, 6,6 millions d’Américains étaient au chômage en mars et 5 millions de personnes occupaient un emploi à temps partiel non désiré, qu’elles ont accepté faute de trouver un emploi à temps plein.

Le taux de chômage des Noirs est resté inchangé à 6,9 % et celui des Hispaniques a grimpé de 0,2 % à 5,1 %, alors que le président Donald Trump se targuait le mois dernier d’avoir réduit le taux de chômage des minorités.

Ces taux restent par ailleurs bien supérieurs à ceux des Blancs, à 3,6 % en mars.

Le salaire horaire aux États-Unis a aussi progressé de 0,3 %, ce qui porte à 2,7 % son augmentation sur un an.

Hausse probable des taux de la Fed

Il est par ailleurs probable que la Réserve fédérale augmente une fois de plus ses taux d’intérêt pour maîtriser l’évolution de l’inflation et aider le plein emploi, a indiqué son président Jerome Powell, en poste depuis le 5 février.

« Tant que l'économie continue globalement sa trajectoire actuelle, de nouvelles hausses progressives du taux des Fed funds seront le meilleur moyen d'assurer ces objectifs », a dit le patron de la Fed dans un discours à Chicago.

La banque centrale américaine relève sa fourchette de taux par étapes depuis 2015. Le dernier resserrement date de la fin mars, quand elle a été portée de 1,50 % à 1,75 %.

La Fed s'attend à deux autres hausses de taux cette année et le marché n'anticipe pas autre chose.

Jerome Powell ne s’est par ailleurs pas prononcé sur les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et leurs possibles effets sur l’économie américaine.

« Il est vraiment trop tôt pour le dire », a-t-il résumé.

Plus d'articles