L'entreprise Pascan Aviation est pratiquement sauvée. Le transporteur aérien qui dessert plusieurs aéroports dans l'Est du Québec sera vraisemblablement racheté par deux cadres.

Le tout devrait être complètement ficelé vendredi. Les actuels chefs des finances et de l'exploitation, Yani Gagnon et Julian Roberts, se sont entendus avec les créanciers.

Les deux hommes en ont fait l'annonce devant élus et gestionnaires d'aéroports réunis jeudi à Lévis dans le cadre d'une conférence de l'Union des municipalités du Québec sur le transport aérien en région.

En raison de la diminution des vols nolisés vers le nord, le plus gros appareil de la flotte, l'ATR 42, ne sera pas racheté. C'est cet appareil qui était affecté au transport de travailleurs vers le nord. Le ralentissement économique a fait chuter ce qu'on appelle communément le « fly in fly out ».

« La desserte qu'on a aujourd'hui elle a été restructurée elle est maintenant rentable », assure Yani Gagnon.

La nouvelle direction conservera la desserte actuelle dans les régions du Québec, dont l’Est du Québec. Mais puisque l'entreprise est sous la protection des tribunaux, l'entente doit être approuvée par la cour.

Ce qui restait à faire, c’est le volet de restructuration du bilan, les arrangements avec les prêteurs, pour continuer à aller de l’avant. Je vous dirais qu’on est dans les derniers milles d’une entente. On pense, nous, qu’elle est imminente.

Yani Gagnon, promoteur

Pascan Aviation est sous la protection des tribunaux contre ses créanciers depuis septembre 2015. Les nouveaux propriétaires veulent lancer une liaison Saint-Hubert-Toronto en 2017.

Pour la directrice de l’aéroport de Mont-Joli, Carole Duval, il s’agit d’une bonne nouvelle pour les régions.

« Pascan s’est donné comme mission d’assurer des liaisons entre les régions, et ça, c’est important. »

Plus d'articles

Commentaires