Retour

Le courant revenu, une entreprise de Richibucto doit mettre les bouchées doubles

Plusieurs entreprises du Nouveau-Brunswick ont dû fermer leurs portes en raison de la crise du verglas. Si elles étaient sans électricité, leurs clients eux sont branchés et attendent les livraisons.

C’est le cas d’Imperial Manufacturing Group, une entreprise de Richibucto, au Nouveau-Brunswick, qui fabrique de l’équipement de chauffage et d’aération.

L’entreprise est l’employeur le plus important du comté de Kent, en offrant du travail à 300 personnes.

Au pire de la crise, l’édifice a été sans électricité pendant 60 heures. Une panne qui a affecté la production explique Denis Gallant, directeur des opérations chez Imperial Manufacturing Group.

 On a des clients à la grandeur du Canada et eux, ils n’ont pas de panne électrique alors ils veulent leurs produits quand même. 

Denis Gallant, directeur des opérations chez Imperial Manufacturing Group

Ce dernier affirme que l’entreprise ouvre même ses portes les vendredis soirs et samedis afin de permettre à ses employés de compléter davantage d’heures de travail.

Une révision des façons de faire

De son côté, Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, affirme que les entreprises réfléchissent déjà à des moyens pour mieux traverser des crises futures.

« Après avoir vécu un événement comme ça, des fois ça nous ouvre des idées [et] des opportunités », a-t-il indiqué. Ce dernier est d’ailleurs persuadé que plusieurs entreprises se doteront d’une génératrice.

M. Gallant avance qu’Imperial Manufacturing Group se dotera probablement d’un tel dispositif pour ne pas que le scénario actuel se répète.

D'après le reportage de Michel Nogue