Retour

Le directeur parlementaire du budget sceptique sur le gel des impôts des PME

La décision du gouvernement Trudeau de ne pas baisser le taux d'imposition pour les PME comme il s'est engagé à le faire dans la dernière campagne électorale affectera le produit intérieur brut (PIB) et l'emploi, selon le directeur parlementaire du budget, Jean-Denis Fréchette. Mais l'abandon de cette promesse électorale entraînera aussi une hausse des revenus de l'État, nuance-t-il.

Un texte de Louka Jacques

Selon M. Fréchette, ce choix budgétaire du ministre des Finances, Bill Morneau, devrait entraîner une diminution du PIB de 300 millions de dollars et la perte de 1240 emplois d'ici 2020-2021.

Le directeur parlementaire du budget (DPB) souligne aussi qu'avec ce maintien du taux d'imposition pour les PME, le gouvernement engrangera des recettes fiscales supplémentaires de plus de deux milliards pour la même période.

C'est le député conservateur de Carleton, Pierre Poilievre, qui a demandé au DPB de se pencher sur cette décision du gouvernement Trudeau. Selon lui, le gouvernement veut soutenir une grande entreprise au détriment des PME.

« Les petites et moyennes entreprises auraient payé 1 milliard de dollars de plus, ce qui équivaut au montant que les libéraux essayent maintenant de donner à Bombardier, fait-il valoir. Nous pensons que l'argent devrait rester dans les poches des gens qui l'ont mérité. »

Le gouvernement se défend en affirmant que l'ensemble du budget est bon pour les PME.

Cette mesure sera mise en place lorsque le budget sera adopté, ce que le gouvernement Trudeau veut faire rapidement.

Plus d'articles

Commentaires