Retour

Le « dragon » Alexandre Taillefer s'offre Taxi Diamond

La flotte de taxis hybrides et électriques prendra de l'expansion à Montréal. Taxelco, la compagnie d'Alexandre Taillefer, achète Taxi Diamond, la plus importante compagnie du genre dans la métropole, dans une transaction privée dont le montant n'a pas été révélé.

Mais en raison du modèle d'affaires de Taxi Diamond, où les chauffeurs sont des travailleurs autonomes, et parce qu'il faudra des véhicules pouvant répondre à différents besoins, une flotte entièrement électrique n'est pas pour demain, a expliqué M. Taillefer en entrevue à Radio-Canada.

« Il n'y a pas aujourd'hui de véhicule électrique adéquat réellement, a-t-il souligné. Les Tesla, c'est bien, mais ça coûte la peau des fesses. Dès qu'un véhicule électrique [répondant à nos exigences] sera disponible, on procédera à l'électrification de ces flottes. »

Il veut ainsi orienter ses entreprises d'abord vers des véhicules hybrides, puis électriques, avec des technologies avancées et un service à la clientèle réputé.

M. Taillefer n'a pas voulu dévoiler le montant de la transaction. Il a toutefois noté que le chiffre d'affaires de Diamond était « en deçà de 10 millions de dollars ».

Avec la nouvelle acquisition, Taxelco disposera de 1720 véhicules, ce qui correspond à environ 40 % du marché du taxi à Montréal. Taxelco possédait déjà Téo Taxi et Taxi Hochelaga.

« Nous voulons mettre à la disposition des artisans et entrepreneurs indépendants membres de Taxi Hochelaga et de Taxi Diamond une flotte de véhicules modernes, propres, écoresponsables qui leur permettront d'offrir à la clientèle montréalaise un service homogène, hors pair, sécuritaire et efficace », avait indiqué pour sa part le chef de la direction de Taxelco, Marc Petit, dans un communiqué.

Plusieurs des avantages de Téo Taxi seront transposés chez Diamond : accès Internet, paiements facilités et uniforme pour les chauffeurs, notamment. Taxelco affirme vouloir accélérer la modernisation de l'industrie du taxi dans la métropole. Elle promet « un service homogène de grande qualité », sous trois marques différentes. Ainsi, les taxis électriques Téo conserveront les couleurs blanche et verte, les Hochelaga, blanche et turquoise, et les Diamond, blanche et noire.

« Diamond est une entreprise très bien positionnée au centre-ville, Hochelaga est très bien positionnée dans l'est, et Téo est en train de développer une marque de commerce amicale, écologique, que les gens adoptent avec beaucoup d'enthousiasme », a dit M. Taillefer.

Les chauffeurs de Taxi Diamond demeureront des travailleurs autonomes et l'équipe de direction restera en place.

Autres investissements

« Il n'y aura pas d'autres acquisitions » de compagnies de taxi dans la métropole, a assuré Alexandre Taillefer. « On reste avec 40 % de parts de marché. » Il n'est donc pas question d'établir un monopole dans l'industrie du taxi montréalaise.

« Ceci dit, on s'en va à Québec [...] On a l'intention d'aller à Toronto, à Ottawa, à Vancouver, a-t-il avancé. Qui sait? On a beaucoup d'ambition pour le modèle assez innovateur qu'on a mis en place. »

M. Taillefer n'exclut pas, par ailleurs, d'investir dans d'autres secteurs.

« Il n'est pas interdit de penser qu'on puisse arriver avec des services de taxi-bus. C'est vraiment un secteur dans lequel on croit beaucoup. Et on a déjà annoncé notre intérêt pour le transport scolaire, pour le transport urbain, pour le camionnage, pour les services de livraison. On a pour ambition d'offrir aux citoyens des grandes villes des solutions de transport intégrées », a-t-il dit, évoquant aussi le transport en commun, les véhicules en libre-service et le vélo.

Un mariage naturel

Le président-directeur général de Taxi Diamond, Dominique Roy, s'est dit « très enthousiaste et très heureux » de participer à ce « mariage naturel » entre les entreprises de taxis.

« Cette acquisition par Taxelco nous permet désormais de fournir des services de taxi sur l'île de Montréal au complet, ce qui n'était pas le cas, a-t-il noté. D'ailleurs, on est la seule compagnie à pouvoir le faire. »

M. Roy a aussi voulu rassurer les chauffeurs de Taxi Diamond qui pourraient s'inquiéter des changements à venir. « Ils auront le choix de travailler pour Téo, à salaire, ou ils pourront continuer à opérer leur taxi comme ils le font actuellement, mais avec de meilleures conditions et de meilleurs revenus à moyen terme. »

Le Regroupement des travailleurs autonomes métallos, qui représente 4000 chauffeurs et propriétaires, accueille la nouvelle plutôt bien. « On va commencer par regarder, par voir les détails de la transaction. Mais on voit ça comme de bon augure. Si les dirigeants décident de s'asseoir avec nous pour faire évoluer l'industrie du taxi, on ne demande pas mieux », dit Benoit Jugand, responsable du développement stratégique et des affaires publiques du syndicat.

Pour le moment, il considère surtout l'annonce comme « une transaction commerciale ». Mais il note que M. Taillefer a la réputation d'être « ouvert à l'innovation », ce qui peut profiter à l'industrie, qui a besoin de se renouveler.

Plus d'articles

Commentaires