Le produit intérieur brut (PIB) réel a fléchi de 0,4 % au deuxième trimestre, après avoir progressé de 0,6 % au trimestre précédent, un recul attribuable aux feux à Fort McMurray qui ont perturbé l'industrie pétrolière albertaine au printemps dernier.

Exprimé en taux annualisé, il s'agit d'un recul de 1,6 % du PIB réel.

Il s'agit du recul du PIB trimestriel le plus prononcé depuis la crise financière de 2009, selon Statistique Canada. Mais si l'on exclut l'effet Fort McMurray de l'équation, le PIB réel a, de fait, progressé de 0,1 % entre avril et juin dernier.

Cette baisse du PIB correspond pour l'essentiel aux attentes des analystes.

Les feux avaient forcé, début mai, l'évacuation de 100 000 personnes habitant dans la région de Fort McMurray, coeur de l'extraction des sables bitumineux.

Sixième producteur mondial de pétrole, le Canada avait en conséquence accusé une chute sévère de sa production, de l'ordre de 1,2 million de barils par jour pendant quelques semaines.

Plus d'articles

Commentaires