Retour

Le Fonds de solidarité FTQ conclut une année « de tous les records »

Au cours de la dernière année, le Fonds de solidarité FTQ a vu ses profits franchir la barre du milliard de dollars pour la première fois depuis sa création, en 1983.

Le président et chef de la direction de l'institution, Gaétan Morin, s'est félicité d'avoir attiré 81 nouvelles entreprises partenaires, pour un total de 2 700, en plus de compter 645 000 actionnaires, ce qui représente une progression de 27 000.

« Cela représente environ un travailleur québécois sur sept », a-t-il souligné mercredi en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Pour l'exercice terminé le 31 mai, le Fonds de solidarité a affiché un rendement de 9,1 %, qui ne tient pas compte de l'impact des crédits d'impôt provincial et fédéral pour cotisations aux fonds de travailleurs, comparativement à 4,4 % l'année précédente.

Son action vaut maintenant 37,88 dollars, en hausse de 1,77 dollar, comparativement au prix en vigueur jusqu'à mardi et de 3,15 dollars par rapport au prix d'il y a un an.

Sur 5 ans, l'investisseur institutionnel affiche un rendement de 7,3 %, et en ce qui a trait à la dernière décennie, sa performance s'établit à 4,1 %. En date du 31 mai, son actif net était de 13,1 milliards de dollars.

Pour consulter ce tableau avec votre appareil mobile, cliquez ici.

Crédit d'impôt

L'année dernière, le Fonds a pu compter sur le rétablissement à 15 % de la tranche fédérale du crédit d'impôt pour les fonds de travailleurs. En 2016, le gouvernement Trudeau avait annulé la décision prise par les conservateurs trois ans plus tôt afin d'éliminer progressivement cette mesure.

M. Morin admet volontiers que le rétablissement de cet incitatif fiscal a contribué à l'augmentation du nombre d'actionnaires.

« De plus, cela nous a permis d'attirer davantage de jeunes actionnaires. Nous pouvons ainsi disposer de capital pendant plus longtemps. Ces actionnaires peuvent attendre jusqu'à 25 ans avant de retirer leurs billes », a-t-il ajouté.

Selon M. Morin, le portefeuille destiné au développement économique du Québec a offert une excellente performance, avec un rendement de 10 %, en progression de 1,2 %.

« Les rendements ont été au rendez-vous et l'économie du Québec va bien », a-t-il expliqué, ajoutant que la croissance économique avait été de 2 % au Québec en 2016.

Pour l'exercice, le Fonds de solidarité dit avoir investi 873 millions de dollars en capital de développement auprès d'entreprises à impact économique québécois.

L'institution prévoit toujours injecter 500 millions de dollars pour acquérir des blocs d'actions de sociétés québécoises cotées en bourse dans le but de maintenir les sièges sociaux dans la province.

Jusqu'à présent, le Fonds a consacré 147 millions de dollars à cette initiative, dont 144 millions de dollars au cours de sa dernière année financière.

« C'est une stratégie qui est constamment remise à jour », a expliqué son grand patron.

La prochaine année s'annonce toutefois remplie d'incertitude, notamment en raison de la montée du protectionnisme à certains endroits dans le monde, du Brexit au Royaume-Uni et de la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Même s'il est conscient de ces éléments, M. Morin demeure optimiste.

« En dépit des incertitudes, les marchés boursiers [bougent peu]. On lance des missiles en Corée du Nord et les marchés ne réagissent à peu près pas. Même quand le président américain [Donald Trump] y va de certaines déclarations, les marchés ne réagissent pas toujours », a-t-il souligné.

De plus, le dirigeant du Fonds estime que la confiance des consommateurs demeure au rendez-vous et que l'économie du Québec devrait continuer à croître au cours de la prochaine année.

Plus d'articles

Commentaires