Retour

Le gel du printemps ralentit la production de fraises au Nouveau-Brunswick

Les périodes de gels qui ont frappé le sud-est du Nouveau-Brunswick ce printemps font mal à une productrice de fraises de la région.

La cueillette de fraises a pris une semaine de retard à la ferme Les Petits Fruits de Pré-d’en-Haut à Memramcook.

Le volume de fruits pourrait diminuer de près de 50 % cette année, estime la copropriétaire de l’entreprise, Madeleine Céré.

« Ta récolte, tu l'as une fois par année. Tu ne peux pas la rattraper. Qu'est-ce qui est perdu cette année est perdu. Ça va aller à l'année prochaine, avant qu'on ait une nouvelle récolte de fraises », explique-t-elle.

Retards dans les embauches

Bien que le mois de juillet soit arrivé, la saison de cueillette n’est toujours pas commencée.

Madeleine Céré, qui engage chaque année des travailleurs étrangers pour la cueillette, a dû repousser une partie de ses embauches.

Ce délai représente un défi pour certains travailleurs étrangers, car plusieurs d'entre eux ont hâte de commencer pour pouvoir envoyer de l’argent à leurs familles.

« Ils ont hâte de travailler ici chaque année pour s’occuper des enfants à la maison », raconte Oniske Cross, un travailleur jamaïcain déjà sur place.

Au Québec, de nombreux producteurs ont dû mettre un terme à leur saison prématurément. La canicule de la dernière semaine a fait sécher ou pourrir une partie des fraises dans les champs.

D'après les informations de Michel Nogue

Plus d'articles