Retour

Le gouvernement albertain voit des signes économiques encourageants

Le déficit de l'Alberta devrait atteindre 10,8 milliards de dollars cette année, estime le gouvernement néo-démocrate, qui voit des signes encourageants de stabilisation économique après plus de deux ans de crise.

La mise à jour économique présentée lundi par le ministre des Finances Joe Ceci mentionne que le prix du baril de pétrole est légèrement au-dessus de la prévision du gouvernement, que le forage pétrolier connaît une timide accélération et que 25 000 nouveaux emplois ont été créés en trois mois, en majorité dans le secteur pétrolier.

Il y a des signes encourageants d'une stabilisation.

Joe Ceci, ministre des Finances

La reprise n'est cependant pas encore là et la crise continue de se faire sentir durement. Le recul du PIB est estimé à 2,8 % pour l'année budgétaire en cours, ce qui est un peu moins bon que lors de la précédente mise à jour au mois d'août.

L'économie albertaine devrait remonter la pente l'année prochaine, avec une croissance attendue à 2,3 % du PIB.

Par ailleurs, la province confirme que le coût des feux de Fort McMurray sera de plus de 500 millions de dollars, une somme qui pèsera sur le budget de cette année, malgré les quelque 400 millions de dollars d'aide versés par le fédéral.

Revenus et dépenses à la hausse

Les revenus du gouvernement ont augmenté en particulier en raison de la remontée des prix du pétrole.

En effet, les gains issus des ressources naturelles ont progressé de 760 millions de dollars depuis l'adoption du budget au printemps.

Les dépenses de la province ont aussi augmenté. Le gouvernement pense verser plus de 200 millions de dollars aux agriculteurs touchés par des intempéries et 260 millions de dollars de plus pour compenser le travail des médecins.

Les services sociaux font également face à des dépenses plus élevées que prévu, en raison de la situation économique.

Les néo-démocrates pensent que la dette de l'Alberta atteindra 31 milliards de dollars à la fin de l'année. Le gouvernement maintient son objectif d'un retour à l'équilibre budgétaire en 2024.