Retour

Le libre-échange a « bien servi tout le monde », dit le ministre Champagne

Contrairement au président Trump, qui entend miser sur les accords de libre-échange bilatéraux, le Canada demeure convaincu que les grands accords, entre plusieurs pays, demeurent envisageables et bénéfiques pour l'économie.

« Les accords multilatéraux ont bien servi tout le monde, ont bien servi les États-Unis, ont bien servi le Canada », a déclaré le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, à RDI économie mercredi, citant l’exemple de l’Accord de libre-échange Canada-Union européenne comme étant le « gold standard de l’accord type à travers le monde, progressiste, avec des mesures pour l’environnement, pour les travailleurs ».

Donald Trump a décidé de retirer les États-Unis du Partenariat Transpacifique (PTP), accord à 12 pays dont fait partie le Canada. Il dit préférer les accords bilatéraux, ce qu’il envisage notamment avec le Royaume-Uni, une fois que le pays aura terminé son Brexit, c’est-à-dire la sortie du pays de l’Union européenne.

« Le Canada est vu dans le monde comme un leader du commerce progressiste et on va continuer, nous, de favoriser l’engagement multilatéral », a dit François-Philippe Champagne, qui reconnaît que le PTP ne pourra pas aller de l’avant sans les États-Unis.

« Mais, ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a beaucoup de discussion maintenant, compte tenu de la position américaine. [...] J’étais récemment au Forum économique de Davos et je peux vous dire qu’il y avait énormément d’intérêt à entamer des discussions avec le Canada », a ajouté le ministre

Face à la montée du protectionnisme et de l’opposition populaire au libre-échange, il y a un travail à faire, a reconnu François-Philippe Champagne. « J’étais à ma première réunion de l’OMC et j’ai dit que ça nous prend une Organisation mondiale du commerce qui focalise sur les gens. »

Une des choses qu’on a eues au Canada, c’est une licence sociale pour faire ces accords-là, parce qu’on investit dans la classe moyenne, dans les familles, dans les infrastructures. Donc, les gens voient les bénéfices de ces accords-là. [...] Le Canada a besoin de ces marchés-là pour sa prospérité.

Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne

Le ministre Champagne a affirmé, par ailleurs, que des négociations sont toujours en cours pour mieux soutenir les producteurs de fromages du Québec, qui pourraient être touchés par une ouverture plus grande aux producteurs européens.

Il a fait savoir aussi que le dossier de l'aide à Bombardier suit son cours, mais que son gouvernement cherche toujours à s'assurer de protéger les emplois et la recherche au pays.

Plus d'articles