Le wagon Lynnewood, installé à la gare d'Amqui depuis le début des années 2000, est cédé aux mains de l'entreprise américaine Legends Holdings International, pour la somme de 25 000 $. La société située en Pennsylvanie a l'obligation de disposer du wagon au plus tard le 30 septembre 2018.

Un texte d'Adrianne Gauvin-Sasseville

La Ville d'Amqui a confié un contrat au Centre de services partagés du Québec pour diriger ce processus de disposition du bien public, une étape qui s'est conclue à la fin du mois de mai.

La soumission de Legends Holdings International était la seule qui répondait aux conditions de la Ville, soit de débourser une somme minimale de 20 000 $ et de remettre une lettre d'intention exprimant les souhaits de l'entreprise.

L'intention première de la société pennsylvanienne est de restaurer le wagon, assure le maire d'Amqui Pierre D'Amours.

La fin d'une saga

Plusieurs discussions ont été soulevées à ce sujet au cours des trois dernières années, divisant certains membres de l'ancien conseil municipal.

L'ex-maire d'Amqui, Gaétan Ruest, se donnait pour mission de restaurer le Lynnewood pour en faire un attrait touristique, notamment lors des festivités du 150e anniversaire du Canada. Il a proposé le projet Train Ocean 150, un projet qui a été refusé par Patrimoine Canada.

Ce refus découlerait, aux yeux de M. Ruest, du temps qu'a mis l'ancien conseil municipal pour signer une résolution de la Ville. L'ex-maire d'Amqui soutient que la démarche auprès de Patrimoine Canada ne pouvait pas être officialisée tant qu'elle n'était pas accompagnée d'une résolution du conseil d'Amqui.

« La résolution, l’actuel maire et son équipe, il a fallu une pétition pour qu’ils acceptent de me donner une résolution, mais c’est allé au mois de mai 2017. Il était trop tard », indique-t-il.

M. Ruest se dit triste de voir le wagon quitter vers les États-Unis. « Qu’il s’en aille entre les mains de gens qui vont le mettre en valeur et qui veulent le ramener à son état, c’est quelque chose. Mais j’aurais aimé que ce soit le Québec qui fasse ça. Il y a pas deux Lynnewood », dit-il.

Selon lui, il s'agissait là d'une occasion d'attirer des touristes. « Des projets de mise en valeur de biens patrimoniaux, à Amqui, il y en a pas », affirme-t-il.

L'acheteur a jusqu'au 30 septembre pour repartir avec son bien. M. D'Amours assure que l'entreprise dispose des équipements nécessaires pour procéder au déplacement du wagon, par voie ferrée.

Prochain arrêt : la gare d'Amqui

La maire de la municipalité se tourne désormais vers la restauration de la gare, qui est sous la responsabilité de VIA Rail.

« Il faut avoir une vision à plus long terme quant à l’utilisation et au maintien de ce bâtiment. », ajoute M. D'Amours.

L'entreprise doit effectuer certains travaux au cours des prochaines semaines pour rénover l’enveloppe extérieure du bâtiment.