Retour

Le marché de la potasse toujours en difficulté en Saskatchewan

Les difficultés que connaît le secteur de la potasse en Saskatchewan ne sont pas près de se terminer, selon la firme-conseil en engrais NPKFAS.

Son président, David Asbridge, fait valoir que l'offre est présentement trop importante sur le marché et qu'il faudra encore du temps à l'industrie pour se remettre de ses difficultés.

La potasse, un minéral utilisé comme engrais, a une importance économique considérable au Canada. L'an dernier, la valeur de la potasse extraite par les producteurs était estimée à 6,7 milliards de dollars, ce qui en fait le minéral avec le plus de valeur après l'or. 

Or, l'augmentation de la production au cours des dernières années a mené à une offre trop abondante. « Il faudra du temps pour sortir de l'impasse », estime M. Asbridge.

Chute des prix et mises à pied

La saturation a un impact sur les prix. La saskatchewanaise PotashCorp a par exemple enregistré des résultats de 154 $ américains par tonne au second trimestre, après un pic de 900 $ par tonne en 2008 et des prix supérieurs à 400 $ par tonne il y'a quelques années.

Cette baisse des prix a entraîné des fermetures de mines, des mises à pied et des baisses de revenus pour le gouvernement, selon le professeur à l'école de gestion de l'Université de la Saskatchewan, Brooke Dobni.

La minière Mosaic a entre autres fait 330 mises à pied le mois dernier, dans la foulée de la suspension des activités de sa mine de Colonsay, à environ 70 kilomètres à l'est de Saskatoon.

Au mois d'août, Karnalyte Resources Inc n'a pas réussi à assurer le financement de 700 millions de dollars pour démarrer la première phase de son projet de mine à Wynyard, dans le sud de la province.

Quant à elle, l'australienne BHP Billiton a suspendu les travaux de son projet de mine de potasse à Jansen, à 140 kilomètres de Saskatoon.

Un conseiller de la firme AltaCorp Capital, Peter Prattas, croit que ces mesures ne sont pas suffisantes pour équilibrer le marché, puisque les compagnies continuent d'augmenter l'offre en parallèle.

Il croit que d'autres mines doivent fermer pour que les prix soient appelés à remonter.

Plus d'articles

Commentaires