Retour

Le modèle coopératif est-il la solution pour offrir Internet haute vitesse en région?

Les régions éloignées n'arrivent pas à trouver de fournisseurs Internet. Devant l'impasse, la MRC d'Antoine-Labelle, dans les Hautes-Laurentides, a décidé de créer une coopérative qui offrira non seulement un accès Internet à haute vitesse, mais aussi la télévision et la téléphonie.

Un texte de René Saint-Louis, journaliste à l'émission Le 15-18

Les compagnies privées rechignent à installer des réseaux de fibre optique en région pour offrir Internet haute vitesse, en raison des coûts que cela représente.

La MRC d'Antoine-Labelle a donc décidé de créer son propre réseau, au coût de 47 millions de dollars. Les gouvernements fédéral et provincial verseront 13 millions de dollars chacun dans le cadre de leur programme d'aide respectif.

Le reste, soit 21 millions de dollars, proviendra d'un prêt contracté par la MRC. Le directeur général adjoint à la MRC, Kevin Davignon, explique que les propriétaires de résidences et de commerces de la région auront à rembourser cet emprunt pendant quelques années.

Malgré cette nouvelle taxe, la MRC estime que les citoyens et les entreprises seront gagnants. Pourquoi? Parce que le prix des services offerts va baisser.

Pour s'assurer que les prix demeurent bas, les élus de la MRC ont choisi de créer une coopérative qui sera en charge d’offrir tous les services, soit Internet, la téléphonie et la télévision.

Le directeur général de la Coopérative de télécommunications d'Antoine-Labelle, Christian Roy, estime à environ 38 $ par mois le coût du service de base d'Internet haute vitesse. Le trio (Internet, télévision, téléphonie) devrait être disponible pour environ 120 $ par mois, alors qu'il en coûte en ce moment entre 160 $ et 200 $ par mois pour un accès basse vitesse.

L'offre de services profitera aussi aux entreprises. Certaines paient en ce moment une fortune pour un service Internet par satellite.

C'est le cas de la ferme les Miels d'Anicet. L'entreprise, qui a absolument besoin d'Internet pour vendre ses produits en ligne, paie actuellement entre 400 $ et 600 $ par mois pour un service à basse vitesse. La copropriétaire, Anne-Virginie Schmidt, estime qu'avec la nouvelle coopérative, la ferme pourra s'en sortir avec un forfait mensuel d'environ 150 $.

Outre le prix, le modèle coopératif permettra de créer entre 15 et 20 emplois dans la région. Une grosse entreprise de télécommunication aurait opéré le réseau à distance, souligne Christian Roy.

Selon M. Roy, c'est toute une expertise qui pourra ainsi se développer dans le secteur de Mont-Laurier, autour de la nouvelle coopérative. Cette expertise pourrait même permettre de retenir des jeunes travailleurs, voir même de faire revenir ceux qui ont quitté pour les grands centres urbains.

Toujours selon Christian Roy, le modèle coopératif qui s'implante dans les Hautes-Laurentides est suivi de près par les autres régions du Québec aux prises avec le même problème.

Les travaux d'implantation du réseau de fibre optique dans les Hautes-Laurentides débuteront à la fin de l'été. Les 1900 kilomètres de câbles seront installés sur les poteaux déjà existants du réseau d'Hydro-Québec. Les premiers clients seront branchés dans environ un an.

Plus d'articles