Retour

Le N.-B. en faveur d’un salaire minimum harmonisé en Atlantique

La proposition de la Nouvelle-Écosse d'uniformiser le salaire minimum en Atlantique est bien accueillie au Nouveau-Brunswick. Certains spécialistes mettent toutefois les gouvernements en garde contre les défis que comporte une telle politique.

« C’est une bonne idée de vouloir uniformiser les provinces sur bien des choses, y compris sur ce dossier [salaire minimum] », mentionne Roger Ouellette, professeur de science politique à l’Université de Moncton.

Selon lui, établir un consensus sur la question du salaire des travailleurs de la région sera pour le mieux.

« Les provinces de l’Atlantique ont des défis communs. Si le Nouveau-Brunswick augmente son salaire à 12, 13 ou 15 $ et que sa voisine ne le fait pas, ça met la province dans une drôle de situation », croit le politologue.

Mettre de l’avant une uniformisation est une avenue intéressante pour Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Par contre, il reste sur ses gardes quant aux avantages qu’en tirera chaque partie. « C’est aux différents gouvernements de montrer la preuve par des législations. Ils doivent démontrer clairement que cela [harmoniser le salaire] va être bénéfique pour chacune des provinces », déclare M. Gauthier.

Le taux d’inflation et d’indexation doivent être considérés, explique Louis-Philippe Gauthier. « Il y a beaucoup de détails à regarder. Il faut prendre en compte les différences d’une province à l’autre », insiste-t-il.

Il ajoute qu’un même salaire pour toutes les provinces aura aussi un impact sur les entreprises. « Ça va leur mettre une pression considérable », dit-il. « Ici, en Atlantique, les économies ne tournent pas à plein régime. Il faut s’enlever ça de la tête. »

En avril, le salaire minimum des travailleurs a augmenté dans toutes les provinces de l’Atlantique. Mais le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, aimerait voir le même pour la région dès avril 2019.

Pour Roger Ouellette, les provinces de l’Atlantique devraient pousser leur harmonisation au-delà du salaire. « Il faudrait poursuivre. Nous avons déjà Loto Atlantique. Pourquoi ne pas avoir une commission des alcools commune ? Il doit y avoir davantage de coordination entre les premiers ministres sur d’autres dossiers », conclut-il.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc