Retour

Le N.-B. et la N.-É. augmentent leur salaire minimum

C'est vendredi qu'entre en vigueur la hausse de 35 cents du salaire minimum au Nouveau-Brunswick et de 10 cents en Nouvelle-Écosse.

Il s'agit de la deuxième hausse du salaire minimum depuis décembre 2014 au Nouveau-Brunswick. Le salaire minimum atteint désormais les 10,65$. Le gouvernement libéral s'est engagé à faire passer le salaire minimum à 11 $ l'heure d'ici 2017 et de l'harmoniser ensuite à l'inflation.

En Nouvelle-Écosse, le salaire minimum est maintenant de 10,70 $. Le salaire minimum est ajusté chaque année en Nouvelle-Écosse. L'année dernière, il avait augmenté de 20 cents.

« Il y a des milliers de personnes au Nouveau-Brunswick qui travaillent au salaire minimum, ce sont des personnes qui travaillent très fort, et il faut les aider davantage et nous pensons que c'est bon pour la qualité de ces gens », a déclaré le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant.

Or, la hausse du salaire minimum ne se fait pas sans heurts. Chaque hausse amène son lot de déceptions et de défis chez les propriétaires d'entreprises. C'est surtout le cas chez les petites entreprises où des mesures de compressions budgétaires doivent souvent être prises.

« Cette année, c'est une année difficile avec la hausse du dollar américain, la hausse du coût de la nourriture et maintenant le coût des salaires monte aussi, donc ça représente certainement des défis pour rester compétitif dans notre marché », affirme la gérante et co-propriétaire du restaurant Guacamole, Dominique Ratté.

Cette dernière embauche douze employés dont environ la moitié sont à temps plein­. La hausse du salaire minimum signifie qu'elle devra également ajuster le salaire de ceux qui gagnent plus que le salaire minimum pour être équitables. Elle affirme qu'une hausse des coûts des produits est à envisager éventuellement.

« Je sais que ça peut parfois être un défi pour les petites entreprises, mais c'est pour cela qu'on est dévoué à aider les petites entreprises en baissant les taux d'imposition des petites entreprises », rétorque le premier ministre Gallant.

Une entente interprovinciale

Les premiers ministres de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard se sont récemment entendus pour harmoniser leurs hausses du salaire minimum respectives. Cette mesure a été prise pour réduire les formalités administratives.

Or, le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard n'a pas pu présenter la législation pour harmoniser son augmentation avec les deux autres provinces cette année.

Elle adoptera néanmoins une hausse le 1er juin et le 1er octobre et prévoit harmoniser ses futures augmentations avec les deux autres provinces à compter du 1er avril 2017.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe

Plus d'articles

Commentaires