Retour

Le N.-B. ne serait pas à l’abri des tarifs de Donald Trump

Le Nouveau-Brunswick ne sera pas épargné par la décision de l'administration Trump d'imposer des droits de douane sur les exportations canadiennes d'acier et d'aluminium, selon Ron Marcolin, vice-président divisionnaire de l'Association des manufacturiers et exportateurs du Canada pour le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard.

Selon Ron Marcolin, les industries les plus touchées seront celles qui fabriquent des produits en acier et en aluminium. Le Nouveau-Brunswick importe de plus en plus ces matériaux, ajoute-t-il : « Les importations de l’année passée représentaient entre 32 et 35 millions de dollars en ce qui a trait à l’acier et 20 millions de dollars pour l’aluminium. Ce chiffre a doublé au cours des sept dernières années. »

Une guerre commerciale à l’horizon?

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé jeudi passé des droits de douane de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium importé du Canada aux États-Unis.

Le même jour, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a annoncé un tarif d’un dollar pour un dollar sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance des États-Unis.

Cela a suscité la crainte d'une guerre commerciale entre le Canada et les États-Unis. Le ministre néo-brunswickois responsable de la Politique d’expansion du commerce, Roger Melanson, a déclaré que ces changements amenaient les relations commerciales avec les États-Unis, déjà instables, à un autre niveau.

Il a toutefois ajouté qu'il est difficile de dire quels seront les effets de ces nouveaux tarifs sur les entreprises du Nouveau-Brunswick.

Des conséquences pour les entreprises et les consommateurs

Ron Marcolin assure quant à lui que les entreprises de la province subiront les conséquences de ces nouveaux droits de douane.

« C'est très préoccupant parce que des entreprises pourraient ne pas gagner d'argent sur des contrats sur lesquels elles ont déjà soumissionné », a déclaré Ron Marcolin.

Et si les entreprises seront les premières à vivre les contrecoups économiques, les consommateurs ne tarderont pas à s’en rendre compte, ajoute-t-il.

Le gouvernement canadien a annoncé d'éventuels tarifs sur plusieurs autres produits en provenance des États-Unis, notamment la pizza, le chocolat et le whisky.

Avec les informations de Jordan Gill de CBC

Plus d'articles