Retour

Le N.-B. perd 1800 emplois, mais le taux de chômage baisse

Le Nouveau-Brunswick a perdu 1800 emplois au mois de mars selon la dernière enquête sur la population active de Statistique Canada. Son taux de chômage est tout de même passé de 8,2 à 8 %.

Statistique Canada explique que 2900 personnes ont quitté le marché du travail dans la province le mois dernier.

Le Nouveau-Brunswick a perdu 2700 emplois à temps plein. Pendant ce temps, 900 emplois à temps partiel étaient créés.

À l’échelle du pays, 32 000 nouveaux emplois ont été créés. Le taux de chômage est resté inchangé à 5,8 %.

Un portrait contrasté

Le portrait de l’emploi varie grandement d’une région à l’autre, au Nouveau-Brunswick.

Dans la région située entre Campbellton et Miramichi, il est de 9,7 % (comparativement à 11,5 % à pareille date l’an dernier), alors qu’il n’est que de 3,3 % dans la région qui va de Woodstock à Edmundston (3,2 % en mars 2017).

Dans la région de Moncton à Richibucto, le taux de chômage s’établissait à 9,6 % en mars (10,8 % à pareille date, l’an dernier); dans la région de la capitale, il était de 6,7 % (4,9 % l’an dernier) et dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick, il était de 6,4 %.

Le taux de chômage a également diminué en Nouvelle-Écosse. Il est maintenant de 7,4 % (7,9 % en février). Il a augmenté légèrement à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador. Le taux se situe à 10,3 % à l’Île et à 14,2 % à T.-N.-L.