Retour

Le Nouveau-Brunswick espère toujours récupérer 50 M$ d'Atcon

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick espère toujours récupérer 50 millions de dollars du président de l'Entreprise Atcon, Robert William Tozer. La province a entamé une poursuite contre l'homme d'affaires en 2015, mais depuis, rien n'a bougé dans ce dossier.

Pour sa part, Robert William Tozer, dont la faillite de sa compagnie a coûté 50 millions de dollars aux contribuables, estime qu'il n'a pas un sou à verser à la province.

En 2009, quand le cabinet de Shawn Graham a accordé des garanties de prêt de 50 millions de dollars à Atcon, il avait aussi offert une garantie personnelle à l'entreprise.

La faillite est finalement survenue en 2010 et c'est la province qui a payé 50 millions de dollars à la Banque de Nouvelle-Écosse.

Pas de remboursement à l'horizon

L'homme d’affaires estime qu'il n'a pas à rembourser le Nouveau-Brunswick. Il a expliqué que, selon lui, le délai de cinq ans avant le dépôt de la poursuite est déraisonnable.

Aussi, le fait que la province ait abandonné la sûreté sur son prêt garanti, serait un bris de contrat, selon lui.

Robert William Tozer a aussi affirmé que la faillite de sa compagnie est essentiellement due à la prise de contrôle par la Banque de Nouvelle-Écosse. L’homme d’affaires reproche aussi à la province de ne pas avoir contesté la demande de remboursement de 50 millions par la Banque de la Nouvelle-Écosse.

Il s’insurge aussi du fait que le gouvernement est intervenu dans les affaires d'Atcon pour des raisons politiques, question de sauvegarder des emplois un an avant les élections de 2010.

Pour sa part, le gouvernement a expliqué à la Vérificatrice générale que le délai de cinq ans avant de déposer la poursuite est lié au fait que la garantie personnelle de Robert William Tozer était toujours au nom de la Banque.

Selon le bureau du procureur général, l’affaire ne devrait pas se rendre en Cour avant au moins six mois encore, question de rassembler tous les documents nécessaires.

D'après un reportage de Michel Corriveau

Plus d'articles

Commentaires