Retour

Le NPD de la Saskatchewan propose d’instaurer des dates limites d'utilisation sur les pipelines

Le chef de l'opposition néo-démocrate en Saskatchewan, Ryan Meili appelle le gouvernement de Scott Moe à instaurer des dates limites d'utilisation sur les pipelines de la province afin d'améliorer leur sécurité et de créer des emplois dans l'industrie de l'acier.

L'imposition de tarifs douaniers de 25 % sur l'acier décidée par le président américain, Donald Trump, inquiète les travailleurs du secteur de la métallurgie en Saskatchewan.

Afin de stimuler l’industrie de l’acier en Saskatchewan, le chef de l’opposition officielle, Ryan Meili, propose d’établir des dates limites après lesquelles les pipelines devraient être remplacés.

M. Meili était entouré de membres du NPD, ainsi que de travailleurs et de représentants syndicaux d'Evraz, une aciérie figurant parmi les plus grands employeurs de l'ouest du Canada.

Le gouvernement de la Saskatchewan condamne la proposition du NPD

La ministre provinciale de l'Énergie et des Ressources, Bronwyn Eyre, a qualifié la proposition de M. Meili « d'irresponsable et irrationnelle ».

Elle a affirmé que cette mesure serait « dévastatrice pour l'économie et les emplois de la province ».

Toujours selon Mme Eyre, le remplacement des pipelines de la compagnie provinciale SaskEnergy coûterait à lui seul environ 50 milliards de dollars.

D’une pierre deux coups

Pour M. Meili, cette mesure permettrait de développer le marché de l’acier de la province, mais aussi de mieux protéger l’environnement en Saskatchewan.

Le chef néo-démocrate a affirmé qu’il y a « plus de 100 000 km de pipelines dans la province, dont beaucoup sont vieux et devraient être remplacés ».

Il a notamment rappelé l’incident d'un pipeline de la compagnie Husky Energy qui a conduit au déversement de 225 000 litres de pétrole près de Maidstone, dans le centre-ouest de la Saskatchewan, en juillet 2016.

À long terme, M. Meili espère que cette proposition pourrait inspirer des mesures similaires en Alberta et ainsi permettre au marché de l’acier de s'épanouir ailleurs au pays.