Retour

Le PDG surpris par l'arrêt total du F.-A.-Gauthier

Le PDG de la Société des traversiers du Québec (STQ), François Bertrand, demande à ce que soit vérifiée l'alimentation électrique du F.-A.-Gauthier pour assurer que les passagers ne vivent plus un arrêt total du service de traversier entre Matane et la Côte-Nord.

Un texte de Jean-François Deschênes d'après une entrevue réalisée à Bon pied, bonne heure

Cette fin de semaine, le capitaine F.-A.-Gauthier a été forcé de jeter l’ancre au large de Matane durant quelques heures à cause d’un problème avec les moteurs.

La situation a surpris le président-directeur général par intérim de la Société des traversiers du Québec, François Bertrand, qui demande que soit revu le système afin d’« assurer d’avoir un minimum de propulsion pour revenir à quai ou continuer notre voyage s’il y arrivait un problème électrique encore une fois. »

Le PDG continue de défendre son navire fabriqué dans un chantier naval en Italie pour plus de 200 millions de dollars. M. Bertrand rappelle qu'au-delà de deux ans peuvent être nécessaires pour avoir une pleine maîtrise du navire.

Il blâme la presse d’avoir projeté une image négative du traversier. « Le navire a eu une mauvaise presse médiatique pendant une période relativement longue alors qu’on n’avait aucun problème mécanique […] Alors une fois qu’on a un problème mécanique ou électrique qui fait en sorte que la traversée est annulée, tous les projecteurs vont sur le navire, parce qu’au moment où il n’y avait pas de problème de fiabilité de service, on lui reprochait d’être un mauvais navire. Alors c’est un effet amplificateur... »

Encore mardi soir, le navire a accusé un autre retard d’une vingtaine de minutes à cause du système hydraulique de la porte avant. « On s’ajuste au fur et à mesure », rappelle-t-il.

La garantie est maintenant terminée et « la Société des traversiers doit assumer les coûts qu’on rencontre maintenant », dit François Bertrand.

Plus d'articles

Commentaires