Retour

Le point sur l'entrepreneuriat féminin : une discussion à l'UQTR

Plus d'une centaine de personnes se sont réunies à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) jeudi pour discuter d'entrepreneuriat au féminin. Au Québec, les femmes sont deux fois moins nombreuses à se lancer en affaires que les hommes, selon des données de 2016 du Global Entrepreneurship Monitor. La situation pourrait se dégrader dans les prochaines années.

Selon les professeurs de l'École de gestion de l'UQTR et chercheurs à l'Institut de recherche sur les PME (INRPME) Marc Duhamel et Étienne St-Jean, les défis demeurent nombreux pour les femmes entrepreneures.

« Le marché du travail se resserre, explique le chercheur Marc Duhamel. On s’attend à ce que le salaire des employés augmente, ce qui pourrait réduire l’intérêt des femmes à se lancer en affaires. »

La charge mentale, le lot des femmes

Des études démontrent aussi que les femmes font généralement plus de tâches ménagères et s'occupent davantage des enfants. Conséquence : elles ont moins de temps à accorder à développer une entreprise.

« Quand on demande aux femmes entrepreneures comment elles évaluent leur satisfaction à gérer la conciliation entrepreneur-famille, les Québécoises sont en retrait par rapport à d'autres régions dans le monde, rapporte Marc Duhamel. Ça soulève des questions. »

D'après le reportage de Catherine Bouchard.