Le prix des aliments augmentera légèrement moins que prévu en 2017, selon de nouvelles prévisions d'un groupe de chercheurs de l'Université Dalhousie, mais les consommateurs doivent s'attendre à une hausse marquée du prix de la viande.

C’est la conclusion à laquelle en est venu le groupe de recherche dirigé par Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires de l'Université Dalhousie. Les chercheurs s’attardent à mesurer la fluctuation du prix des aliments au pays.

Leur première conclusion : l'augmentation du prix des aliments en général sera moins importante que prévu.

Selon les prévisions de la mi-année, le prix des aliments dans les restaurants et dans les épiceries devrait croître de 3 à 4 % d'ici la fin de l'année. Les dernières estimations faisaient plutôt état d'une hausse de 3 à 5 %, en décembre dernier.

Les chercheurs ont toutefois révisé à la hausse leurs prévisions pour ce qui est du prix de la viande : il devrait augmenter de 7 à 9 % d’ici la fin de l’année.

Cette hausse est attribuable aux faibles inventaires, tout particulièrement pour le porc et le boeuf, explique Sylvain Charlebois. À cela s’ajouteront des hausses de prix imposées par les épiciers qui veulent augmenter leur marge de profit après les prix plus faibles de la viande qui les avaient fait diminuer en 2016.

Les fruits et légumes seront également plus chers - respectivement de 5 et de 4 % - en raison notamment de l'hiver pluvieux en Californie, qui a entraîné d’importantes pertes de récoltes.

Les consommateurs seront toutefois heureux d’apprendre que le prix des produits laitiers, des oeufs, des produits de boulangerie et des céréales diminuera d’environ 1 à 3 %.

Plus d'articles

Commentaires