Retour

Le prix des maisons est à la hausse en Atlantique

Les villes de Fredericton, Moncton, Halifax et Saint-Jean de Terre-Neuve continuent de voir leur marché immobilier croître, selon un rapport publié mardi par Royal LePage.

Un texte de Camille Martel

Bien que la demande ait diminué à Fredericton, le prix des maisons a augmenté de 6,5 % lors du deuxième trimestre de 2018.

Le prix médian d'une maison dans la capitale néo-brunswickoise se situe désormais à 252 471 $.

« L'inventaire n'a jamais été aussi bas en 10 ans et les premiers acheteurs sont freinés par les nouveaux règlements concernant les prêts hypothécaires », peut-on lire dans le rapport.

Ainsi, il y a peu d'acheteurs sur le marché, mais la population de cette région a tellement augmenté qu'il y a quand même un manque d'inventaire pour les acheteurs.

Résultat : des maisons reçoivent des offres multiples et les prix demeurent élevés.

Cette tendance devrait se poursuivre à long terme, selon Royal LePage, car les acheteurs qui économisent pour une mise de fonds devraient devenir propriétaires à leur tour dans les prochaines années.

L'immigration favorise l'augmentation des prix à Moncton

Le prix des maisons dans la région de Moncton a connu une augmentation de 10,9 % lors du deuxième trimestre de 2018, ce qui porte maintenant le prix moyen des maisons, toutes catégories confondues, à 204 883 $.

Selon Royal LePage, la hausse des prix est due à l'augmentation de la demande qui, elle, s'explique par l'arrivée d'un nombre appréciable d'immigrants.

« Le marché immobilier a bénéficié de l'afflux de nouveaux Canadiens dans la région en plus d'une bonne conjoncture économique », peut-on lire dans le rapport.

Par ailleurs, des acheteurs torontois s'intéressent au marché immobilier de Moncton, explique Royal LePage. Des propriétaires de la métropole canadienne investissent à Moncton pour leur retraite, car le prix des maisons est très bas comparativement à Toronto.

« De plus, les nouvelles règles hypothécaires n'ont pas freiné les acheteurs monctoniens, car les maisons sont abordables », précise le rapport.

Un inventaire bas et une demande stable à Halifax

À Halifax, le prix des maisons demeure élevé grâce à un inventaire relativement bas et à une demande qui ne diminue pas.

Les prix ont augmenté de 2,3 % pour le deuxième trimestre de 2018, ce qui fait en sorte que le prix médian d'une maison se situe dorénavant à 316 406 $.

« L'inventaire a diminué d'environ 25 % depuis l'année dernière », indique le rapport. On y explique que même si les acheteurs ont toujours accès à une sélection intéressante, la diminution de l'inventaire mène à une guerre des prix.

De plus, Royal LePage prédit une augmentation de 2,6 % du prix des maisons pour le prochain trimestre à Halifax.

Les acheteurs sont favorisés à Saint-Jean, Terre-Neuve

Malgré le climat économique difficile à Terre-Neuve-et-Labrador, le prix médian des maisons continue de grimper.

Saint-Jean a connu une augmentation de 6,9 % du prix des maisons lors du dernier trimestre, ce qui a porté le prix médian d'une maison à 347 154 $, même si la demandene demeure faible.

Toutefois, le marché des maisons à plus de 600 000 $ a diminué. Plusieurs de ces maisons se sont vendues à rabais, soit jusqu'à 20 % en dessous de leur valeur.

« C'est un bon moment pour les acheteurs qui désirent se procurer une maison de cette valeur », note le rapport.

Royal LePage estime que les acheteurs ont tout à gagner à Saint-Jean, car ils peuvent négocier davantage le prix des maisons et l'inventaire est élevé.

Plus d'articles