Retour

Le prix du bois d'œuvre bondit en raison des feux de forêt

Les feux en Colombie-Britannique ont forcé l'arrêt de plusieurs scieries au cœur de la province, ce qui a entraîné une augmentation importante du prix du bois d'œuvre. Selon les experts, il pourrait ne s'agir que du début.

En une semaine, le prix de référence du bois d'épinette-pin-sapin a grimpé de 7,12 % pour atteindre 406 $US par mille pieds-planche. Vendredi dernier, ce prix était de 379 $US.

« C'est un gros saut », a déclaré Shawn Church, éditeur chez Random Lengths, qui surveille le secteur des produits forestiers.

Ketan Mamtora, analyste chez BMO Marchés des capitaux, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les prix augmentent encore de 6 à 8 % au cours des prochaines semaines, partiellement en raison de l’offre limitée.

Des usines fermées, des travailleurs déplacés

Depuis dimanche, plusieurs entreprises forestières ont temporairement fermé certaines de leurs usines. Les ordres d'évacuation, les employés déplacés, les fermetures de routes et d'autres facteurs rendent les opérations difficiles, voire impossibles.

Il est possible que l'industrie augmente la production dans d'autres installations, mais M. Mamtora doute qu'on puisse compenser pour toute la production perdue. La crainte d’une pénurie de bois d'œuvre est également « très importante pour les prix », a-t-il précisé.

Si les incendies persistent, il y aura « un impact encore plus majeur sur les prix », a ajouté M. Mamtora. Selon lui, si les scieries demeurent fermées pendant des moi ou subissent des dommages, les prix pourraient augmenter de 15 à 17 %.

Mais Harry Nelson, professeur adjoint en foresterie à l'Université de la Colombie-Britannique, adopte un ton plus rassurant. Il dit que la production entière de la province devrait être arrêtée pour voir un tel impact. « En bout de ligne, quel que soit le trou causé par les incendies de forêt, il sera comblé ailleurs », a-t-il déclaré.

Un contexte tendu

Cette augmentation des prix arrive alors que le Canada compose depuis plusieurs semaines avec l'imposition de nouvelles taxes punitives sur le bois d'œuvre par les États-Unis.

En moyenne, l'industrie du bois d'œuvre fait face à des tarifs de 27 %. Mais les entreprises West Fraser Timber, Canfor et Tolko, toutes établies en Colombie-Britannique, ont été contraintes de payer respectivement des tarifs de 31, 28 et 27 %.

L’augmentation immédiate du prix du bois est toutefois une bonne nouvelle pour les producteurs a déclaré M. Nelson. Selon lui, cela signifie qu'il y a plus d'argent dans les poches des producteurs une fois les tarifs payés.

Plus d'articles

Commentaires