Retour

Le projet de canalisation 3 d’Enbridge reçoit l’aval du Minnesota

Le Minnesota a approuvé jeudi le projet de remplacement de la canalisation 3 de l'entreprise pétrolière canadienne Enbridge Energy. Cette décision de l'État américain vient toutefois de déclencher la colère chez des opposants.

Les cinq membres de la Commission des services publics ont soutenu le projet. Pour plusieurs commissaires, c’est la détérioration du pipeline existant, construit dans les années 60, qui est la principale raison de cette décision.

Des groupes autochtones et environnementaux s’opposent quant à eux au projet, puisqu’il menace l’environnement et des zones importantes pour la culture du riz sauvage, notamment. Les opposants prévoient déjà de grandes manifestations pour bloquer le projet.

Une membre de la communauté ojibwée de Mille Lacs, Tania Aubid, a déclaré jeudi : « Vous venez de déclarer la guerre aux Ojibwés! »

Les opposants craignent que le pipeline ne se déverse dans les zones fragiles du nord du Minnesota.

De son côté, le président et chef de la direction d'Enbridge, Al Monaco, a déclaré jeudi que la compagnie était « satisfaite » de la décision de la commission.

Des modifications au tracé

Après que les commissaires se sont entendus sur la nécessité de remplacer le pipeline, ils ont voté 3 contre 2 en faveur d'une modification de la route proposée par Enbridge.

Le trajet modifié touche une partie de la communauté chippewa de Fond du Lac afin d'éviter que le projet ne se rapproche d'un lac culturellement sensible. Les commissaires ont dit qu'ils ajusteraient la route si le groupe n'était pas d'accord.

Enbridge a déjà remplacé le court tronçon de la canalisation 3 au Wisconsin. D’autres travaux de remplacement sont en cours.

Enbridge Energy estime que le coût total du projet est de 7,5 milliards de dollars, dont 2,6 milliards de dollars pour la partie du projet située aux États-Unis.

L'entreprise canadienne exploite actuellement la canalisation 3 à la moitié de sa capacité initiale de 760 000 barils par jour pour des raisons de sécurité.