Retour

Le projet de loi 70 enrage les distillateurs artisanaux de l'Ontario

Marcel Rheault, propriétaire de la microdistillerie Loon Vodka à Hearst, est furieux au sujet de la proposition du gouvernement provincial d'adopter une taxe de vente atteignant 61,5 % pour les distillateurs.

Il croit que cette taxe est injuste pour les plus petits producteurs et plaide entre autres pour l'instauration d'une taxe progressive.

On avait demandé d'avoir un système semblable à celui de la Colombie-Britannique. En dessous de 50 000 litres, ils paient seulement la taxe fédérale.

Marcel Rheault, propriétaire, Loon Vodka

Il cite en exemple une bouteille de vodka vendue à 45 $. Il affirme que le gouvernement perçoit 32 $ pour chaque bouteille vendue, tandis que le producteur encaisse seulement 13 $. Un montant qui peine à couvrir ses frais de production.

Marcel Rheault envisage même d'exporter ses produits à l'extérieur de la province si le gouvernement n'accède pas aux demandes des microdistillateurs.

Un avis partagé par les autres microdistillateurs

Le cofondateur de la distillerie Yongehurst, Rocco Panacci, abonde dans le même sens.

On s'attendait à un impôt gradué par volume. Le projet de loi 70 démontre que le gouvernement libéral ne soutient pas le développement des petites entreprises indépendantes.

Rocco Panacci, cofondateur, distillerie Yongehurst

L’Association des distillateurs artisanaux de l'Ontario demande à la province de pouvoir bénéficier de la même charge fiscale que les brasseurs de bières artisanales.

Dans le cas de ces derniers, les taxes sont imposées par litre produit et non pas selon le prix de vente de la bouteille.

Les micro-distillateurs se battent également depuis de nombreuses années pour pouvoir vendre leur produit dans les commerces de restauration.

En dépit de longues années de plaidoyer, le gouvernement Wynne refuse toujours aux microdistilleurs de l'Ontario de vendre leurs produits directement aux bars et aux restaurants

Geoff Dillon, distillateur chez Dillons Small Batch Distillery

Le projet de loi 70 est actuellement en deuxième lecture à Queen's Park.