Retour

Le projet Tango de la minière de Beers tombe à l'eau

La minière De Beers met en veilleuse le projet d’expansion de sa mine de diamants près d’Attawapiskat, sur la côte ouest de la baie James.

La direction explique sa décision par le fait que la communauté autochtone n’a pas encore donné son appui au projet.

De Beers Canada exploite depuis neuf ans la mine de diamants Victor tout près de la communauté autochtone d’Attawapiskat. La fin de l’exploitation est prévue pour 2018.

Mais pour donner un second souffle à la mine, De Beers envisageait d’exploiter un autre gisement à proximité, un projet baptisé « Tango ».

Le gisement en question est situé sur les terres ancestrales des Autochtones. La minière n’a toujours pas reçu l’approbation officielle du conseil de bande. De Beers préfère donc suspendre son projet Tango.

D’autres priorités pour De Beers

Le porte-parole de l’entreprise De Beers, Tom Ormsby, explique que maintenant la priorité est de déterminer s’il serait rentable de recycler les résidus miniers de kimberlite qui contiennent des traces de diamants.

Si tel était le cas, la mine pourrait continuer d’en faire la transformation pendant encore deux à trois ans.

L’avenir incertain de la mine Victor soulève des inquiétudes à l’entreprise responsable de la route de glace reliant Moosonee à Attawpiskat.

Sans l’aide financière de De Beers, il sera impossible, selon le responsable de l’entretien, Wally Turner, de maintenir la route en aussi bon état.

En ce moment, nous avons la Cadillac des routes d’hiver, mais si le financement s’arrête, la route redeviendra une petite route.

Wally Turner, responsable de l’entretien de la route de glace reliant Moosonee à Attawapiskat

Le conseil de bande d’Attawapiskat n’a pas encore réagi publiquement.

D’après le reportage de Mathieu Grégoire