Retour

Le revenu des Gaspésiens et des Madelinots s'améliorent

Le revenu disponible par habitant a augmenté en Gaspésie et aux Îles plus que partout ailleurs au Québec en 2016. C'est ce que révèle les dernières données de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Un texte de Jean-François Deschênes

L’augmentation est de 5 % selon l'ISQ, en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (GIM) comparativement à l’ensemble de la province, qui est en moyenne de 2,7 %

Cette hausse s’explique par l’augmentation du salaire des travailleurs et du revenu net des propriétés.

Malgré cette augmentation importante, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine est toujours parmi les régions administratives qui affichent le plus bas revenu disponible par habitant, 14e sur 17.

Malgré cette position, il s’agit d’une nette amélioration comparativement aux autres années, car la GIM était en queue de peloton de nombreuses années.

Côte-Nord

Les données ne sont pas aussi positives pour la Côte-Nord.

L’augmentation du taux de croissance du revenu disponible par habitant n’est que de 1,3 %.

Cette faible hausse s'explique par le salaire des travailleurs de la région qui s’est contracté pour une deuxième année consécutive, selon le rapport de l'ISQ.

Ce taux aurait pu être encore plus faible, n'eût été des sommes importantes investies dans la région, en provenance de l’administration publique et des sociétés financières ainsi que d’une diminution de l’impôt payé.

Bas-Saint-Laurent

Le revenu disponible des citoyens du Bas-Saint-Laurent est toujours parmi les plus bas de la province. Même la Gaspésie déclasse sa voisine à cet égard, pour la deuxième fois en 10 ans.

Ce triste résultat se justifie en grande partie par le faible salaire des travailleurs de ce territoire, « le revenu mixte net et le revenu net des propriétés sont largement plus bas que la moyenne québécoise. » peut-on lire dans le document de l’ISQ