Retour

Le SCFP veut à tout prix bloquer la suspension de l’indexation des retraités

La section québécoise du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec) lance un dernier appel aux maires qui ont décidé de suspendre l'indexation des rentes de retraite des employés municipaux et leur demande de changer d'idée.

Au cours d'un point de presse mercredi matin, le SCFP-Québec a lancé une ultime dénonciation qui concerne les changements apportés à l’encadrement des régimes de retraite au Québec par rapport à l’indexation.

Il s'agit d'une décision odieuse. Dans les faits, même le gouvernement n'a pas voulu l'imposer. Il a laissé le soin aux villes d'appliquer ou non la suspension de l'indexation. Ce geste fait en sorte que plus rien n'est acquis aux retraités

Denis Bolduc, président du SCFP-Québec

En 2014, le gouvernement libéral adoptait la loi 15 (Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal), imposant la restructuration des régimes de retraite. Les nouvelles dispositions permettent aux municipalités de suspendre l’indexation automatique de la rente pour les retraités au 31 décembre 2013 à partir du premier jour de l’année 2017.

Le SCFP rapporte que sur les 76 régimes de retraite du secteur municipal et du transport terrestre au SCFP, près de 50 % prévoit une formule d'indexation, soit quelque 33 régimes.

De ceux-là, 24 sont potentiellement visés. C'est le cas des Villes de Montréal, Québec, Laval, Longueuil et Lévis. Selon le SCFP, 281 millions de dollars seront retirés aux retraités pour les six régimes de retraite de la seule Ville de Montréal.

La loi 15 imposant la restructuration des régimes de retraite est actuellement contestée en Cour supérieure. Un tout récent jugement de la Cour suprême du Canada, rendu en novembre, vient à nouveau de consacrer le droit fondamental à la négociation.

Plus d'articles

Commentaires