Retour

Le service à la clientèle n’est plus la priorité de Desjardins, selon Claude Béland

Invité à commenter les fermetures récentes de points de services et de guichets automatiques dans des villages du Kamouraska et de la Matanie, celui qui a été président du Mouvement Desjardins de 1987 à 2000 croit que la rentabilité a désormais pris le pas sur les finalités sociales des caisses populaires.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration d'Éric GagnonAvec la mondialisation, les nouvelles technologies, les règles du jeu changent, dit-il, et la question du service à la clientèle passe en deuxième.

Même si les décisions sont prises par les membres des assemblées locales, « les gens de la Fédération sont souvent très directifs », souligne l’ancien président.

Claude Béland ajoute que la Fédération s’est donné au fil des ans beaucoup de pouvoirs. « Les assemblées générales des caisses ont peu de choses aujourd’hui à décider », relève l’ancien président.

La participation citoyenne est aussi moins forte qu’elle l’était dans le passé, constate-t-il. Il incite d’ailleurs les gens à assister aux assemblées, « si pour le membre, la question n’est pas juste une question de rendement et de finances et que c’est aussi une question de services dans les villages. »

Pourtant, rappelle M. Béland, le Mouvement Desjardins a toujours été par le passé à l’avant-garde des solutions pour rendre ses services accessibles. Cet élan existe encore à certains endroits, relève l’ancien dirigeant, qui en veut pour preuve l’initiative des nouvelles caisses mobiles appelées à dépanner dans le nord de Montréal et l’est du Québec.

L’ancien gestionnaire souligne par contre que le contexte financier a changé et que le Mouvement Desjardins est de plus en plus soumis aux règles de l’Autorité des marchés financiers.

Il estime que Desjardins devrait entreprendre des démarches auprès de l’Autorité des marchés financiers pour qu’elle soit traitée différemment des banques, en tant que coopérative. « Cette démarche n’est pas faite, constate-t-il. Au contraire, on dirait que Desjardins veut être sur le même pied que les institutions bancaires. »

Fermetures prochainesÀ compter du 5 mars, Desjardins fermera six centres de services au Kamouraska. Les centres touchés sont ceux de Kamouraska, de Saint-André, de Saint-Denis-De La Bouteillerie, de Sainte-Louise et de Saint-Roch-des-Aulnaies. Il n'y aura plus de points de service dans aucun des villages qui bordent la route 132 entre La Pocatière et Rivière-du-Loup, soit sur une distance de 70 kilomètres.

En Matanie, Desjardins fermera ses points de service de Saint-Adelme et de Saint-René à compter du 9 mars. Celui de Sainte-Félicité subira le même sort cet automne et la présence d'un comptoir à Saint-Ulric semble pour le moins incertaine à moyen terme.

Plus d'articles

Commentaires