Retour

Le Sud-Ouest officiellement retenu pour tester les véhicules automatisés

Les villes de London et de Windsor recevront une partie des 80 millions de dollars annoncés par la province pour l'étude de véhicules automatisés. L'argent distribué sur cinq ans touche une série d'initiatives, allant de la conception de ces véhicules autonomes, jusqu'au testage.

Le Sud-Ouest de l’Ontario est officiellement impliqué alors que la recherche portera sur la cybersécurité et les technologies permettant de traverser la frontière canado-américaine.

« Il y aura des investissements pour inciter les entrepreneurs de la région à tester ou à même participer dans le développement ou l’achat des technologies », a expliqué le directeur général de la société de développement économique de Windsor-Essex, Stephen MacKenzie.

Parmi les partenaires impliqués : 

  • Université de Windsor
  • St. Clair College
  • Ville de Windsor
  • WETech Alliance
  • Ville de London
  • Université Western
  • Fanshawe College
  • Tech Alliance
  • Société de développement économique de London

Selon M. MacKenzie, l’idée est d’implanter les nouvelles technologies de véhicules automatisés à même le pont international Gordie Howe en construction et le pont Ambassador qui lui aussi souhaite construire une nouvelle infrastructure.

Pour chaque dollar versé par le secteur privé, la province versera sa part.

Chaque ville participante devait soumettre un projet.

En 2016, l’Ontario a été la première province au pays à autoriser les essais de voitures automatisées.

On ignore pour le moment quelle communauté pourra tester les véhicules sans conducteur sur la route.

Des voitures automatisées de niveau 3 font déjà partie d’un partenariat entre l’Ontario et le Michigan pour des tests aux postes-frontière.

Une entente a été signée en ce sens en juillet 2017.