Retour

Le syndicat de Postes Canada dépose un préavis de grève de 72 heures

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des postes (STTP) de Postes Canada annonce le dépôt d'un préavis de grève de 72 heures. À moins d'une prolongation des négociations, les moyens de pression pourraient être déclenchés à partir de lundi, selon le président national du STTP, Mike Palecek.

La ministre fédérale du Travail, MaryAnn Mihychuk, avait déposé mercredi une demande de prolongation des négociations de 24 heures.

Selon le STTP, le président-directeur général de Postes Canada, Deepak Chopra, aurait refusé la demande de la ministre, obligeant le syndicat à s'engager dans un conflit de travail.

La direction de Postes Canada affirme, toutefois, être prête à coopérer dans le processus de négociation avec l'aide d'un médiateur spécial.

La ministre Mihychuk croit que les Canadiens doivent se préparer aux conséquences possibles d'une grève.

Elle assure que les négociations reprendront vendredi avec les deux parties. La ministre espère qu'elles parviendront à des résolutions d'ici dimanche.

Une grève tournante par province

L'organisation syndicale ne prévoit pas une grève générale, à moins « de gestes hostiles envers le syndicat de la part de la direction », mais plutôt une grève tournante d'une province à l'autre.

Parmi les moyens de pression prévus, les employés en milieu urbain et en milieu rural entendent refuser de faire des heures supplémentaires.

Selon le syndicat, les conséquences seront minimes sur la population.

Le gouvernement suggère un médiateur spécial

Le gouvernement du Canada s'apprêterait à nommer un médiateur spécial dans l'espoir de débloquer l'impasse dans les négociations entre Postes Canada et son syndicat.

Le syndicat qui représente les quelque 51 000 employés de Postes Canada avait annulé peu après 9 h, jeudi, une conférence de presse qu'il devait tenir moins d'une heure plus tard à Ottawa. Il avait jusqu'à 23 h 59, jeudi, pour déposer son préavis de grève de 72 heures.

Peu après l'annulation de cette conférence de presse, la ministre Mihychuk a publié un communiqué de presse indiquant qu'elle procéderait à la nomination d'un médiateur spécial « sans plus attendre ».

« Je m'attends à ce que les deux parties collaborent avec ce médiateur spécial afin de parvenir à une entente et d'éviter un arrêt de travail. Je continue à suivre la situation de près », écrit la ministre.

Les principaux points en litige sont l'équité salariale entre les facteurs des régions rurales et ceux des régions urbaines, ainsi que le maintien d'un régime de retraite à prestations déterminées pour l'ensemble des employés réguliers actuels.

Plus d'articles

Commentaires